Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Avril 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mars/Avril 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Le gouvernement institue la gratuité des Antirétroviraux (ARV) dans les hôpitaux - 10/01/2007 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Dans une circulaire publiée le 8 janvier à Brazzaville, le gouvernement congolais institue la gratuité des Antirétroviraux (ARV) dans les hôpitaux. Cette décision, prise courant décembre 2006, vise à soulager les peines des femmes enceintes, des enfants mineurs et des personnes indigentes vivant avec le VIH/SIDA. "Il est demandé à toutes les formations sanitaires assurant la prise en charge des personnes vivant avec le VIH, de leur donner gratuitement des médicaments Antirétroviraux", indique le ministère de la Santé et de la population dans la circulaire.

«Cette cession se fera uniquement sur présentation d'une ordonnance à trois souches établie par un médecin prescripteur agréé par l'Initiative congolaise d'accès aux Antirétroviraux (ICAARV) ou par le Programme national de lutte contre le SIDA (PNLS)», souligne le ministre de la Santé et de la population, Alphonse Gando.
Selon le gouvernement, 120 000 personnes vivent avec le VIH/SIDA au Congo et près de 16 500 personnes ont besoin d'un traitement ARV. Or, malgré l'ICAARV, ils ne sont que 5 361 malades à en bénéficier, pour un prix subventionné de 5 000 FCFA par mois.

Le ministère évalue à 25 000 le nombre de Congolais malades du SIDA qui pourraient avoir besoin d'ARV à l'horizon 2011. Ce tableau devrait inciter les autorités nationales à assurer également la gratuité du dépistage du VIH et du suivi clinique des patients.
Faut-il rappeler que le 1er décembre dernier, le ministre Alphonse Gando avait annoncé que le gouvernement congolais s'attelait à réunir les conditions d'instauration d'une gratuité de dépistage et du suivi clinique, ainsi que de la réalisation à un coût subventionné des examens du bilan d'inclusion et du suivi biologique à compter du 1er avril 2007.

Les autorités congolaises semblent désormais revoir le taux de séroprévalence à 3 % (il était jusqu'alors fixé à 4,2 %), suite à une enquête essentiellement réalisée auprès des femmes enceintes. Les données de cette enquête restent encore à confirmer.
La circulaire instituant la gratuité du traitement par les ARV fait suite aux directives du président de la République Denis Sassou N'Guesso, contenues dans son message de fin d'année adressé à la nation.

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !