Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

L'OMS prévoit d'augmenter et de faciliter l'accès au sérum thérapeutique aux victimes de morsures d'animaux enragés et de serpents - 18/01/2007 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Alors que près de cinq millions de morsures de serpents et de piqûres de scorpions sont enregistrées chaque année dans le monde (pour la plupart en Afrique, en Asie et en Amérique latine), les sérums thérapeutiques pour traiter les victimes sont quasiment indisponibles ou inabordables dans les pays qui en ont le plus besoin. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé de s'occuper de ce problème de santé publique.

L'OMS est en train d'élaborer un plan sur cinq ans visant à accroître la production de sérums thérapeutiques dans les pays en développement, à aider les autorités à prévoir les besoins du marché et à renforcer la capacité réglementaire.
Le 10 janvier dernier, l'OMS a réuni les meilleurs experts dans ce domaine ainsi que des représentants des pays bénéficiaires et des pays donateurs, des organisations internationales et des fabricants, pour qu'ils se mettent d'accord et adoptent un plan d'action mondial.

Dans les pays industrialisés, la production de sérums thérapeutiques est en baisse car elle n'est pas assez rentable, en raison des incertitudes quant aux quantités requises. L'OMS estime que son plan visant à accroître l'accès au traitement, qui coûtera 10 millions de dollars, permettra «d'accroître la capacité des fabricants locaux et d'améliorer la distribution des produits jusque dans les régions rurales reculées».

«Le but, a déclaré le docteur Howard Zucker, sous-directeur général de l'OMS pour les technologies de la santé et les produits pharmaceutiques, est de mettre en valeur les solutions efficaces qui existent, susceptibles de sauver des millions de vies.»
L'OMS estime que plusieurs infections dues aux morsures de serpents, de scorpions et de chiens peuvent être évitées si les traitements administrables après exposition sont aisément disponibles. «La rage est la dixième cause de décès par infections chez les humains. Elle est fatale à 100 % mais sera évitable à 100 % lorsqu'un traitement sera facilement disponible», estime l'OMS.
«On estime que huit millions de personnes ont besoin chaque année de recevoir du sérum antirabique après avoir été exposées à des animaux soupçonnés d'être porteurs de la rage. Plus de 99 % des décès humains provoqués par la rage surviennent en Afrique et en Asie», indique également l'OMS.

En Afrique, où 50 à 75 % des victimes de morsures de serpents et de scorpions nécessitent un traitement au sérum thérapeutique afin de prévenir décès, amputations ou troubles neurologiques graves, le nombre de fabricants d'anti-venin est en chute.

L'OMS évalue à un million les morsures de serpents qui se produisent chaque année rien qu'en Afrique et font plus de 20 000 morts. «Ces morsures provoquent un nombre encore beaucoup plus élevé de maladies chroniques des suites de séquelles neurologiques ou encore d'incapacités physiques, en raison d'effets nécrotiques exigeant une amputation», souligne l'Organisation qui précise que les principales populations affectées sont les jeunes agriculteurs et les enfants.

«On aurait besoin de plus de dix millions de flacons de sérum anti-venin pour traiter les morsures de serpents et les piqûres de scorpions qui se produisent dans le monde, dont environ deux millions pour la seule Afrique», poursuit l'OMS.
Pour l'OMS, la crise engendrée par l'indisponibilité des sérums thérapeutiques exige un effort international visant à faciliter le transfert de technologie aux pays affectés.

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !