Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Près de 150 000 enfants congolais bientôt vaccinés contre le virus de l'hépatite B - 23/03/2007 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le gouvernement congolais a acquis un important lot de vaccins contre le virus de l'hépatite B afin de vacciner, à partir du 7 avril, plus de 150 000 enfants âgés de deux à onze mois à travers le pays. Cette prochaine campagne de vaccination a été annoncée le 23 mars par le directeur général de la santé, le Dr Damase Bozongo, lors d'une intervention sur l'introduction de ce vaccin, nommé DTC-HepB, dans le Programme élargi de vaccination (PEV) de routine.

«A partir du 1er avril, le vaccin sera disponible sur tout le territoire. La compagne vaccinale contre le virus de l'hépatite B sera lancée officiellement le 7 avril, à la faveur de la Journée mondiale de la santé», a déclaré Damase Bozongo précisant que le vaccin serait gratuit.

Le responsable du Programme élargi de vaccination (PEV), le Dr Edouard Ndinga, a rappelé que le vaccin, qui se présente sous la forme d'un tétravalent (DTC-HepB), sera administré à tous les enfants qui se présenteront aux postes de vaccination à partir de la date de lancement officiel.

«Tous les enfants qui viendront à la vaccination pour le DTC1 recevront une injection de DTC-HepB jusqu'à la fin de leur série de vaccination. Ceux qui se présenteront à partir du lancement pour la deuxième et / ou la troisième dose de DTC recevront le tétravalent afin de finir la série préalablement commencée», a-t-il ajouté précisant «qu'il ne sera pas administré de vaccination de rattrapage».

Le Dr Edouard Ndinga a rappelé que l'objectif du gouvernement est de faire vacciner au moins 90 % d'enfants de moins d'un an d'ici à l'an 2010. «Le gouvernement, a-t-il poursuivi, veut contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité de la population résultant de la diphtérie, du tétanos, de la coqueluche et de l'hépatite B.»
Véritable problème de santé publique, cette maladie affecte 30 % de la population mondiale. Elle se transmet par voies sexuelle et sanguine. Sa clinique est comparable à toutes les maladies qui attaquent le foie.

Contrairement à l'hépatite A, moins dangereuse, l'hépatite virale B est une chronicité qui s'installe. Quand elle évolue, elle peut se transformer en cirrhose et causer des cancers primitifs du foie (CPF). Au Congo, on recense 8 % de porteurs du virus. La maladie est à l'origine de 73,5 % des cancers primitifs du foie, a indiqué le Dr Martin Okouo, hépatogastroentérologue au CHU de Brazzaville.

Le Dr Abraham Mouko, pédiatre dans ce même CHU, a ajouté que la maladie touche également les enfants. Il a salué l'initiative gouvernementale, rappelant que, jusqu'à présent, le vaccin se vendait environ 10 000 FCFA, un prix d'autant plus élevé pour bien des familles que trois doses de vaccins sont nécessaires.

La vaccination est d'autant plus la bienvenue qu'il n'existe pas de traitement spécifique à la maladie. «On ne soigne que les symptômes, a précisé le Dr Edouard Ndinga, et quand la maladie se transforme en cancer, il faut procéder à la transmutation. Pour le moment, cette opération ne se pratique pas au Congo. Elle coûte par ailleurs très cher. »
« Si le curatif est impossible, il ne nous reste que la prévention. Dans le cas présent, il faut respecter les règles d'hygiène et procéder à la vaccination. L'action du gouvernement va dans ce sens.»

Quentin Loubou

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !