Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

La réhabilitation du Centre inter-Etats d'enseignement supérieur en santé publique d'Afrique centrale (CIESPAC) préoccupe l'Organisation de coordination des endémies dans la sous-région - 20/04/2007 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministre à la présidence, chargé de l'Intégration sous-régionale et du NEPAD, Justin Ballay Mégot, s'est entretenu le 19 avril à son cabinet de travail, avec le secrétaire général de l'Organisation de coordination des endémies en Afrique centrale (OCEAC), le docteur Jean-Jacques Moka. Ce dernier a félicité Justin Ballay Mégot pour sa nomination le 3 mars 2007 à la tête du département de l'intégration sous-régionale.

Pendant leur entrevue, les deux hommes ont évoqué l'épidémie de choléra qui a secoué l'ensemble du territoire ces trois derniers mois, mais dont les chaînes de contamination ont été enfin maîtrisées par les autorités gouvernementales. Parlant de l'assistance de l'OCEAC face à cette pandémie, Jean-Jacques Moka a déclaré : « Nous suivons tous les jours l'évolution de la situation et nous sommes même représentés au sein du comité de crise. Mais l'OCEAC ne peut pas faire d'apport direct maintenant, compte tenu de la condition financière de notre organisation. » Toutefois, le secrétaire général de l'OCEAC a confirmé la contribution efficace de l'organisation à l'éradication de cette épidémie.

Les deux hommes ont également passé en revue la question de la réhabilitation du Centre inter-Etats d'enseignement supérieur en santé publique d'Afrique centrale (CIESPAC) qu'abrite Brazzaville. Le secrétaire général de l'OCEAC a clairement indiqué à la presse que la reprise des activités du CIESPAC demeure au cœur des préoccupations fondamentales de son organisation. Et pourtant, lors de la tenue de la 7e conférence des chefs d'Etat de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) en mars 2006 à Bata en Guinée-Equatoriale, il avait été décidé du financement des travaux de réhabilitation et d'équipement de ce centre à hauteur de 7 milliards de Fcfa, dont 2,9 milliards à verser au cours de l'année 2006.

Alors que cela fait plus d'une année aujourd'hui que les activités de ce centre de formation sanitaire de haut niveau n'ont toujours pas repris, le secrétaire général de l'OCEAC mène une intense offensive de motivation auprès des décideurs de la sous-région, membres de la CEMAC, pour susciter en eux un nouvel élan susceptible de redonner une impulsion vitale au CIESPAC. C'est d'ailleurs dans cet esprit que Jean-Jacques Moka s'est exprimé : « Je tenais tout d'abord à venir présenter mes félicitations à Monsieur le ministre, après sa nomination à la tête du département chargé de l'intégration et du NEPAD. Nous saisissons cette occasion pour évoquer les questions de coopération entre le Congo et l'OCEAC, surtout la question de la reprise des activités du CIESPAC. »

Le CIESPAC a plusieurs objectifs, à savoir : participer à l'action de développement sanitaire dans la sous-région de l'Afrique centrale ; former des personnels de haut niveau adaptés et opérationnels ; enfin, apporter un appui réel aux programmes de santé de la sous-région. La formation initiale au CIESPAC est structurée en trois cycles (licence, maîtrise, DEA et CES).
La formation continue est un cursus court pour rendre rapidement opérationnel le personnel formé à la demande des Etats membres. Question recherche, celle-ci porte sur les problèmes retenus prioritairement par l'OCEAC et sur d'autres thèmes mobilisateurs. Les organes de gestion du CIESPAC sont : le conseil d'administration de l'OCEAC ; le secrétariat général ; le comité de gestion administrative, scientifique et technique.

Rappelons que le CIESPAC, basé à Brazzaville nord, avait été sérieusement endommagé lors des troubles que le Congo a connus il y a une plus d'une décennie.

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !