Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Le paludisme : Des études récentes interpellent la communauté scientifique - 24/05/2007 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La lutte contre le paludisme mobilise l'énergie de bon nombre de chercheurs du monde entier, depuis plusieurs années. Cependant, malgré des avancées significatives, l'épizootie continue de faire des ravages, notamment en Afrique. Selon des études récentes publiées les 22 et 23 mai, cette situation devrait non seulement interpeller la communauté scientifique, mais aussi accélérer de façon urgente l'amélioration des infrastructures de santé publique et l'accès aux traitements existants.

The American Medical Association (JAMA) a dans un numéro spécial consacré au paludisme, évoqué longuement les problèmes liés à cette pandémie, ainsi que les actions à entreprendre pour la combattre. Après avoir fait un sérieux examen de l'évolution de cette maladie, l'étude avance que le développement d'un vaccin est probablement nécessaire pour prévenir l'infection, et informe : « Le récent séquençage du génome du parasite responsable de la maladie pourrait ouvrir la voie à de nouvelles approches thérapeutiques même si pour le moment, peu de nouveaux médicaments sont proches d'être mis au point pour combattre cette maladie ancienne qui tue chaque année plus d'un million de personnes dans le monde dont la plupart en Afrique. »

Partant du fait selon lequel le paludisme serait la première cause de mortalité des enfants de moins de 5 ans avec un décès toutes les 30 secondes, le docteur Catherine de Angelis, éditeur en chef de cette revue médicale déclare que cette situation exige une plus grande généralisation et rationalisation de l'usage des médicaments disponibles, des outils de diagnostic ainsi que des moyens de prévention, comme les moustiquaires, et des campagnes d'éradication des moustiques.
Dans des études menées en Ouganda et en Zambie, le JAMA a montré que la combinaison de deux médicaments (artemether-lumefrantrine), utilisée depuis 1998, est la plus efficace contre la forme la plus grave et fréquente du paludisme, comparativement à deux autres cocktails, avec seulement 1 % de réapparition des symptômes. Pour les deux autres combinaisons, l'amodiaquine-sulfadoxine-pyrimethamine et l'amodiaquine-artesunate, ces taux ont été respectivement de 14,1 % et de 4,6 %.

« Etant donné les ressources disponibles, comme les tests de diagnostic rapide et les fonds levés par le partenariat de l'ONU contre le paludisme (plus d'un milliard de dollars en 2006), il semble réalisable de traiter tous les enfants africains », a écrit le Dr Dorsey, qui ajoute que pour établir des politiques de contrôle efficaces et durables du paludisme, il faudra intégrer les traitements actuels dans des stratégies de prévention.

Certaines autres études révèlent une sous utilisation des tests de diagnostic. Cela s'explique par le fait que très souvent, des patients avec de la fièvre, dont le test était négatif, ou qui n'avaient même pas été testés, se sont vus prescrire des thérapies combinées anti-paludisme, une pratique qui contribue à accroître la résistance du parasite aux traitements.

Pour faire face au paludisme en Afrique subsaharienne, les chercheurs estiment que la moustiquaire traitée chimiquement serait le moyen le plus efficace et qu'il faudrait en distribuer à toutes les personnes qui en ont besoin.

Nestor N'Gampoula

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !