Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Les Africains doivent changer leurs modes de vie pour éviter les maladies cardiovasculaires - 26/06/2007 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Devant le coût élevé du traitement des maladies cardiovasculaires en Afrique, et face à la récidive de cette maladie entraînant la mort de trop nombreux malades, quelques cardiologues africains réunis à Dakar (Sénégal) le week-end dernier, suggèrent aux Africains de revoir leurs modes de vie et d'opérer des changements de comportement alimentaire. « Les Africains doivent revoir leurs modes alimentaires et éviter certaines drogues comme le tabac », a conseillé le docteur Mariame Beavogui, de la Guinée Conakry. « Il faut que les gens comprennent que l'embonpoint n'est pas signe de bonne santé. Manger de la viande tous les soirs n'est pas indiqué », a-t-elle indiqué.

« Etant donné la prise en charge médicale difficile et coûteuse, les Africains doivent arrêter de fumer et éviter l'alcoolisme », a ajouté le docteur Beavogui. « Si nous ne changeons pas de comportement, nous courons droit à la mort, parce que nous n'avons ni les moyens financiers, ni les plateaux médicaux pour nous tirer d'affaire ou tirer d'affaire plus de la moitié d'entre nous », a-t-elle renchéri.

« En Afrique, les gens meurent très tôt à cause de la pauvreté. A cela s'ajoutent la déliquescence des structures sanitaires et l'absence des nouvelles technologies liées à la santé », a estimé quant à lui un médecin présent aux assises de Dakar. Selon ce dernier, le plancher de la prise en charge d'un malade terrassé par une crise cardiaque varie entre 500 000 et 625 000 FCFA pour une dizaine de jours de traitement dans un centre hospitalier de niveau 3.

Par exemple, l'ampoule de Thrombose utilisée pour désagréger les caillots causant la nécrose tissulaire, coûte 80 000 FCFA. Le coût élevé du traitement s'explique également par les échographies nécessaires, ainsi que les électrocardiogrammes du myocarde et les nombreux médicaments prescrits par les médecins.

« La facture du patient peut plafonner à plus de 2 millions de FCFA », a indiqué lors de sa communication, le docteur Kagambega de l'hôpital général Grand Yoff de Dakar.
Conscients des limites du pouvoir d'achat des populations, les cardiologues africains présents à Dakar ont déclaré être convaincus que le salut des Africains réside dans le changement de leurs comportements. Ils ont recommandé l'organisation dans les différents pays, de semaines de sensibilisation à l'hygiène alimentaire pour aider les populations à perdre leurs mauvaises habitudes.

Les maladies cardiovasculaires, en accroissement, sont considérées comme la deuxième cause de mortalité en Afrique, la première en Europe. Elles tuent environ 20 millions de personnes par an dans le monde.

Quentin Loubou

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !