Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

VIH-sida : La première unité mobile de dépistage volontaire bientôt opérationnelle - 07/02/2009 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La soirée de gala de mobilisation des fonds pour le VIH-sida organisée hier à Brazzaville sous le patronage de l'épouse du chef de l'État, Antoinette Sassou N'Guesso, a permis de récolter auprès de multiples sociétés privées, de membres du gouvernement et d'autres personnalités présentes à la cérémonie près de 112 millions FCFA destinés a acquérir dans les tous prochains jours deux unités mobiles de dépistage volontaire du VIH-sida.

Initiée par le Conseil national de lutte contre le sida (CNLS) en partenariat avec la fondation Congo assistance, le Fnuap, les sociétés de téléphonie mobile, la fondation Génération avenir et la fondation Africa Alive, la soirée de gala a permis de mobiliser les fonds d'au moins une unité mobile, dont le coût d'achat, de transport et de fonctionnement pendant 12 mois s'élève à 75 millions FCFA.

«Merci à tous les donateurs et à tous les sponsors. Merci à ceux qui, restés chez eux, nous suivent en direct à la télévision. Je ne pouvais m'attendre à moins, car à chaque fois que nous avons besoin de vous pour une cause noble, vous répondez toujours présent», s'est réjouie l'invitée d'honneur de la soirée, l'épouse du chef de l'État, qui a par ailleurs appelé les sponsors à plus de générosité pour l'acquisition d'une deuxième unité mobile.

L'unité mobile de dépistage volontaire du VIH-sida est en effet un véhicule équipé pour offrir les services de dépistage dans les communautés en respectant toutes les exigences d'anonymat, de confidentialité et de qualité du service. L'objectif, a dit la secrétaire exécutive du CNLS, le docteur Marie Francke Puruehnce, est de rapprocher les services de dépistage des populations. La moyenne des personnes fréquentant les formations sanitaires pour l'opération de dépistage est en effet insignifiante.

«Le dépistage est l'une des stratégies majeures mises en place dans le combat contre le VIH-sida. L'opération se situe à la charnière entre l'accès aux soins, c'est-à-dire la prise en charge, et la prévention. Le dépistage permet de renforcer les efforts de prévention que nous mettons en place et sert de porte d'entrée à l'accès aux soins», a-t-elle déclaré au cours du gala.

L'acquisition de l'unité mobile de dépistage est motivée par la volonté de fournir les services de conseil et de dépistage volontaire couramment appelé CDV dans les lieux de résidence des populations. Pour Marie Francke Puruehnce, «un bon programme de lutte contre le VIH-sida se doit d'amener une majorité de notre population à connaître son statut sérologique».

Les opérations de dépistage volontaire seront organisées dans les quartiers, les lieux de culte, les marchés et autres lieux publics tous les samedis et dimanches sur la base d'un programme publié mensuellement. Le conseil et le dépistage seront réalisés par le personnel des centres de dépistage anonyme et volontaire de Bissita et Ex-Adventiste. «Les résultats seront remis sur place après environ une heure. Une collation sera fournie à chaque client pendant la période d'attente des résultats», a dit la secrétaire exécutive du CNLS, rappelant que les opérations sont gratuites, conformément à la décision prise l'année dernière par le chef de l'État, Denis Sassou N'Guesso.

L'année dernière, pour s'assurer des effets d'un service de dépistage volontaire proche des populations, le CNLS et le Fnuap avaient initié une opération de conseil et de dépistage mobile artisanal en installant des tentes dans certains lieux de Brazzaville. Le résultat s'est avéré positif par l'affluence des populations vers ces centres de dépistage. Selon le CNLS, 36 opérations de CDV mobile ont été menées et 1 723 personnes ont été reçues, soit environ 48 personnes en moyenne par opération, alors qu'environ trois personnes par jour seulement fréquentent une formation sanitaire pour effectuer l'opération.

Quentin Loubou

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !