Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Pour Emilienne Raoul, le médicament doit être disponible et accessible au malade - 14/04/2009 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

C'est sur cette phrase essentielle que la ministre de la Santé, des Affaires sociales et de la Famille vient de conclure ses visites de travail dans les 14 Centres de Santé Intégrés (CSI) du département du Kouilou sur les 23 que compte ce département. Après les deux premiers axes, Pointe-Noire-Mvouti sur le CFCO et l'axe Pointe-Noire-Makola, la ministre a terminé sa tournée par les axes Pointe-Noire-Madingo-Kayes et Pointe-Noire-Tchiamba-Nzassi.

Faisant le point de sa mission en répondant aux questions des journalistes, la ministre de la Santé a déclaré que cette mission avait les médicaments pour thématique principale. Elle a été aussi l'occasion de voir quelques réalisations de partenaires nationaux ou étrangers qui aident et appuient le Congo dans sa politique de développement sanitaire. À cette occasion, des dons ont été remis aux personnes vivant avec un handicap et aux personnes du troisième âge.

Au CSI de Djeno, il a été question de la participation communautaire dans la gestion des problèmes de santé publique à partir de l'appui à la rationalisation de l'aire de santé de Djeno sous la mouvance de la société Total E&P. Le CSI de Tchiamba-Nzassi, zone frontalière exposée à des poussées épidémiques (tétanos maternel et néonatal, rougeole, choléra) dues à la très forte mobilité des populations de part et d'autre de la frontière, bénéficie de la présence de systèmes de vaccination et de surveillance des maladies asynchrones entre le Congo et le Cabinda. Ce centre a été entièrement réhabilité par la société Chevron. Quant au CSI du village de Fouta, il est appuyé et réhabilité par le Lion's Club Eucalyptus.

Sur la RN5, le poste de santé de Bas-Kouilou est en projet de restauration et d'équipement par la Fondation IPA pour abriter La Maison du paludisme. Le CSI de Madingo-Kayes est pressenti pour abriter l'hôpital de référence de la circonscription sociosanitaire (CSS) n° 2 du Kouilou (Madingo-Kayes-Kakamoeka-Nzambi). Celui-ci, en cours de réhabilitation et d'équipement par l'OMS et la Fondation Raoul Follerreau, est érigé en centre national de référence pour le traitement de l'ulcère de Buruli, pathologie pour laquelle le Kouilou constitue l'épicentre.

Partout où elle passée, à l'exception du poste de santé du Bas-Kouilou qui est encore en projet de réhabilitation, la ministre a remis les médicaments, le matériel biotechnique, les réactifs, les tricycles et surtout la liste nationale des médicaments génériques. Elle a donné des instructions fermes aux différents responsables des CSI pour qu'ils passent commande des produits et médicaments non dans des pharmacies privées, mais à la Comeg où les coûts des médicaments génériques ne sont pas trop élevés.

Pour terminer, la ministre de la Santé s'est exprimée en ces termes : «Cette mission avait pour thématique particulière la remise de médicaments. Elle était aussi pour nous l'occasion de voir les réalisations de nos partenaires dans les départements de Pointe-Noire et du Kouilou. On ne peut pas soigner sans médicaments, celui-ci doit donc être disponible et accessible dans les CSI. Les responsables des CSI, ne doivent pas attendre l'épuisement des stocks pour passer leur commande à la Comeg.»

Sur la liste des objets distribués gratuitement, on peut citer les actes de naissance remis aux enfants, les moustiquaires imprégnées d'insecticides distribuées aux vieillards. Et la ministre a insisté sur la gratuité des traitements du paludisme des enfants jusqu'à 15 ans et des femmes enceintes, du VIH/sida et de la tuberculose.

Au nombre des activités d'Émilienne Raoul à Pointe-Noire et au Kouilou, il faut ajouter la pose de la première pierre pour la construction de l'Institut du diabète de l'hôpital général Adolphe-Sicé de Pointe-Noire, projet né d'un protocole d'accord entre l'hôpital général Adolphe-Sicé et Diabcare. Cet institut permettra la prise en charge préventive et curative du diabète et de ses complications, notamment les rétinopathies diabétiques, qui représentent la première cause des évacuations sanitaires vers d'autres hôpitaux, et d'autre part la formation des personnels de santé.

Faustin Akono

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !