Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Santé infantile : les taux de vaccination et le développement des vaccins en plein essor dans le monde - 22/10/2009 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le nombre des nourrissons vaccinés est plus élevé que jamais, avec un record de cent six millions d'enfants en 2008, d'après les dernières données fournies par le rapport conjoint de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) et de la Banque mondiale, intitulé « Vaccins et vaccination : la situation dans le monde », qui a été rendu public le 21 octobre.

Inversant une tendance à la baisse, les taux de vaccination n'ont jamais été aussi élevés que maintenant et le développement des vaccins est en plein essor, indique cette nouvelle évaluation. Ses auteurs appellent les pays donateurs à combler les lacunes du financement qui laissent des millions d'enfants exposés au risque de maladie, notamment dans les pays et les communautés les plus pauvres, où les maladies évitables font le plus de victimes.

« La pandémie grippale attire l'attention sur les promesses et le dynamisme du développement des vaccins aujourd'hui, a déclaré le Dr Margaret Chan, directrice générale de l'OMS. Elle nous rappelle cependant une fois encore les obstacles qu'il faut surmonter pour que les populations des pays les plus démunis puissent bénéficier des progrès de la science. Nous devons combler le fossé entre les riches et les pauvres, entre ceux qui reçoivent les vaccinations indispensables et ceux qui ne les ont pas. »

La publication des nouvelles données sur le succès des efforts mondiaux de vaccination intervient au moment où de nombreux pays mènent des campagnes de vaccination contre la grippe (AH1N1), ce qui souligne le rôle irremplaçable des vaccins dans la prévention des maladies transmissibles et les difficultés pour en faire bénéficier les communautés les plus vulnérables.

Malgré les progrès enregistrés en matière de vaccination, les hauts responsables d'organisations internationales ont indiqué que, selon les estimations, vingt-quatre millions d'enfants parmi les plus exposés ne bénéficiaient toujours pas de certains vaccins indispensables, désormais courants dans les pays riches. Il faudra au moins un milliard de dollars de plus par an pour garantir l'administration des vaccins nouveaux et de ceux qui existent déjà à tous les enfants des soixante-douze pays les plus pauvres.

À ce sujet, la directrice générale de l'Unicef, Ann Veneman, a expliqué qu'entre 2000 et 2007, la mortalité imputable à la rougeole avait baissé de 74%, la vaccination ayant joué un rôle important dans cette diminution. « Ce progrès doit nous inciter à faire de nouveaux efforts pour vacciner tous les enfants du monde contre les maladies potentiellement mortelles », a-t-elle déclaré.

L'inversion de la tendance est, pour une grande part, due aux efforts des pays en développement, qui ont mis à profit l'aide apportée par l'Alliance GAVI, un partenariat qui finance la vaccination et auquel participent l'OMS, l'Unicef, la Banque mondiale et la Fondation Bill et Melinda Gates, signalent les experts. Ce partenariat a favorisé, depuis 2000, l'introduction de vaccins nouveaux ou sous-employés qui couvrent désormais plus de 200 millions d'enfants dans les pays en développement.

Selon les experts, il existe aujourd'hui désormais environ cent vingt vaccins, un nombre record, contre des maladies mortelles. Les chercheurs ont mis au point de nouveaux vaccins contre des maladies mortelles, telles que la méningite à méningocoques, les diarrhées à rotavirus, les infections à pneumocoques et le papillomavirus humain (HPV). En outre, plus de quatre-vingt produits nouveaux sont parvenus à un stade avancé des essais cliniques et ciblent plus d'une trentaine de maladies pour lesquelles il n'existe encore aucun vaccin. Dans le même temps, un grand nombre de vaccins candidats, visant certaines maladies comme le VIH/sida, le paludisme, la tuberculose et la dengue, sont désormais à l'étude.

« Nous avons été témoins d'une évolution spectaculaire de la disponibilité des vaccins, même dans les pays les plus démunis, s'est félicité Grame Wheeler, directeur général de la Banque mondiale. Toutefois, la communauté internationale et les pays eux-mêmes doivent veiller à ce que les populations les plus vulnérables, notamment les enfants, bénéficient véritablement de toutes les technologies, qu'elles soient nouvelles ou qu'elles existent déjà depuis un moment. »

Nestor N'Gampoula

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !