Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Grippe AH1N1 : le ministre de la Santé pour la gratuité du Tamiflu - 31/10/2009 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les traitements contre le virus AH1N1, dont la présence à Brazzaville est avérée depuis cinq jours, seront bientôt disponibles dans les hôpitaux et centres de santé, a assuré le ministre de la Santé, Georges Moyen, le 30 octobre dernier au cours d'une conférence de presse. S'exprimant sur l'épidémie, le ministre a précisé que l'usage de la vitamine C et du paracétamol était nécessaire pour soigner les signes. Le virus lui-même s'attaque par une dose de Tamiflu, qui est un palliatif.

Le plan de riposte du gouvernement, appuyé par les partenaires, prévoit en effet une prise en charge désintéressée des malades. « Le traitement sera délivré gratuitement dans toutes les structures sanitaires. Nous nous en prendrons à toutes les pharmacies qui feront payer ce traitement », indique le ministre. Dans ce même cadre de la réplique contre l'épidémie, un dépliant informatif sur les mesures collectives et individuelles est diffusé par le ministère de la Santé.

Le Tamiflu est un palliatif très efficace pour combattre les virus du genre AH1N1. L'évolution du traitement est satisfaisante au terme d'une semaine, comme cela fut le cas pour cinq enfants récemment attaqués par le virus AH1N1. Toutefois, on constate au terme du traitement une fatigue notoire. Par ailleurs, un changement non satisfaisant du traitement, signale le ministre, « pourrait être constaté chez les cas immunodéficitaires, par exemple. Pour cela, tout cas suspect doit être suivi par un agent de santé. »

Les équipes médicales vont poursuivre leurs investigations auprès des familles et des frontières, notamment à l'aéroport ou les services de santé son maintenant à pied d'œuvre. Toutefois, a prévenu le ministre de la Santé, la surveillance épidémiologique va se poursuivre et se renforcer. Il a invité la population à garder son calme et à informer les services compétents de tout cas suspect de maladie.

Rappelons que la grippe est une maladie bénigne sur un organisme sain et peut se compliquer surtout si le malade est porteur d'une maladie antérieure. Les règles d'hygiène collective et individuelle sont conseillées aux malades.

Fortuné Ibara

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !