Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Grippe H1N1 : les experts de l'OMS recommandent une dose unique de vaccin - 02/11/2009 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un groupe d'experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a conseillé de n'administrer qu'une seule dose de vaccin de la grippe H1N1 aux adultes et adolescents à partir de l'âge de dix ans, si cette posologie correspond aux indications des autorités de réglementation.

Ces experts ont, dans leur communiqué daté du 30 octobre, relevé que les autorités de réglementation ont désormais homologué divers vaccins contre la grippe pandémique : vivants atténués, inactivés adjuvés et inactivés non adjuvés.

Alors que les autorités nationales ont décidé de donner la priorité aux enfants pour les premières vaccinations, les experts recommandent plutôt de commencer par administrer une seule dose de vaccin au plus grand nombre possible d'enfants. Ils soulignent en outre la nécessité de faire des études pour préciser les posologies efficaces chez les sujets immunodéprimés.

Ces conseils viennent à point nommé lorsqu'on sait qu'à travers le monde, les adolescents et les jeunes adultes continuent de constituer la majorité des cas, les taux d'hospitalisation étant les plus élevés pour les très jeunes enfants. En effet, entre 1% et 10% des patients en phase clinique de l'infection doivent être hospitalisés. Sur l'ensemble des patients hospitalisés, 10% à 25% nécessitent une admission en unité de soins intensifs et 2% à 9% en meurent.

En ce qui concerne les femmes, notamment celles qui sont enceintes au deuxième ou troisième trimestre de leur grossesse, elles représentent en moyenne 7% à 10% des patients hospitalisés. Par rapport à l'ensemble de la population, elles ont un risque dix fois plus élevé de nécessiter une admission en unité de soins intensifs.

Le groupe d'experts a signalé qu'après avoir examiné les premiers résultats de la surveillance des personnes ayant été vaccinées contre la pandémie, il n'avait trouvé aucune indication de réactions indésirables inhabituelles.

Les experts relèvent, pour ce qui est des vaccins pour les femmes, que les études des vaccins vivants atténués et inactivés adjuvés ou non adjuvés sur l'animal de laboratoire n'ont pas mis en évidence d'effets nocifs directs ou indirects sur la fécondité, la grossesse, le développement de l'embryon ou du fœtus, la naissance ou le développement post-natal.

Enfin, tenant compte des données en leur possession et du risque sensiblement plus élevé d'une issue sévère chez la femme enceinte infectée par le virus pandémique, les experts ont recommandé d'autoriser l'administration de tout vaccin homologué chez la femme enceinte, dans la mesure où les autorités de réglementation n'ont pas trouvé de contre-indication spécifique.

Nestor N'Gampoula

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !