Santé tropicale au Gabon - Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Gabon > Revue de presse

Revue de presse

L’université privée de médecine ouvre en janvier - 22/11/2012 - Gabonews - GabonEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Mariums Medical College and Hospital Gabon (MMCHG) va ouvrir ses portes en janvier prochain pour former sur cinq années des médecins compétitifs, une initiative du groupe malaisien IPSSL qui compte ainsi contribuer à la formation d’une élite africaine et surtout gabonaise. C’est au cours d’une conférence de presse que le fondateur et manager général du MMCHG, Dr. Haider Uzzaman aux côtés du chef de projet, Albert Felsenstein, a divulgué les contours de la nouvelle université privée de dimension internationale.

L’université privée de médecine MMCHG a l’ambition de former mille étudiants à long terme, mais pour la première année trois cents sont attendus. Il ne s’agira pas seulement de jeunes gabonais, mais aussi de jeunes de tout le continent africain car les enseignements seront de dimension internationale avec des praticiens et des théoriciens de renommée mondiale qui donneront des cours de niveau mondial pour que les futurs médecins du MMCHG soient aussi capables d’exercer ailleurs. Des médecins chercheurs gabonais sont déjà pressentis pour assurer des formations et les étudiants doivent désormais savoir que leurs programmes les conduiront notamment en Malaisie où l’on trouve parmi les universités de médecine, les plus réputées d’Asie.

Mais le coût de la formation a de quoi déstabiliser les ambitions de quelques familles même si comme l’affirme Albert Felsenstein « médecin est une profession d’élite, et nous formons aussi pour que les futurs médecins puissent bien gagner leur vie ». Entre 80.000 et 90.000 euros pour les cinq années de formation soit entre 52.000.000 et 60.000.000 F CFA à débourser pour en sortir diplômé. Deux fois moins qu’en Europe ou aux Etats –Unis par exemple et pourtant le niveau de vie et de salaires au Gabon ne permet absolument pas à une majorité de familles de penser à un tel bonheur pour leurs enfants. Autant dire que seules quelques familles privilégiées et socialement assises pourront envoyer leurs progénitures dans cette académie d’élite. Le risque bien entendu pour le groupe IPSSL est que cet investissement ne soit pas nécessairement productif. Mais il persiste et signe avec notamment le soutien du Gouvernement qui a promis d’envoyer des boursiers. Considérable, mais l’effort sera fait pour qui ou plutôt quel genre d’étudiant ou de nouveau bachelier ? D’autres se contenteront à coup sûr d’aller à l’USS pour être tout de même médecin. Sous d’autres cieux, les banques accordent des bourses d’études sous réserve d’avaliste à des étudiants pour un remboursement après embauche, mais au Gabon cette éventualité est d’office écartée pour des banques en surliquidité permanente.

L’Université ouvrira ses portes en janvier 2013 et déjà les sélections s’annoncent, car janvier c’est pour bientôt.

La mise en place du campus se fera en trois phases. D’abord un premier semestre qui débute donc en janvier prochain et qui sera exclusivement réservé à des cours intensifs d’anglais car la quasi-totalité des enseignements se feront en anglais vu la provenance des principaux enseignants et même si des formateurs gabonais vont intervenir en langue française. La deuxième phase consistera au lancement des programmes dans un campus temporaire. La troisième phase consistera en la construction d’un campus définitif sur un terrain de 5 ha promis par le gouvernement gabonais.

Il faut également ajouter la création d’un petit hôpital de cinquante lits qui servira de lieu d’expérimentation et d’exercice aux étudiants et à leurs professeurs. Cette structure permettra ainsi de donner aux médecins et futurs médecins chercheurs les matériaux nécessaires à la recherche médicale mais aussi à la population d’avoir un autre milieu sanitaire pour se soigner décemment.

Nous entrons, avec cette nouvelle expérience, dans une nouvelle forme de coopération qui permettra au Gabon de tirer profit des succès des pays émergents ou en voie d’émergence dans les domaines des nouvelles technologies, de la recherche médicale ou encore de la formation.

GN/SM/PGM/YKM/12

Lire l'article original

Plus d'articles Gabonnais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

GabonSanté tropicale au Gabon
Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !