Santé tropicale au Gabon - Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Gabon > Revue de presse

Revue de presse

Cérémonie de remise de diplômes à la 26ème promotion de médecins : "Fêter la venue dans le cercle très prisé des docteurs" - 01/04/2007 - Internet Gabon - GabonEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le recteur de l'Université des sciences de la santé (USS), le Pr André Moussavou-Mouyama, a invité les jurys et autres universitaires à célébrer les nouveaux médecins de la cuvée 2007. LES nouveaux docteurs en médecine ont reçu, hier, en matinée, dans la somptueuse salle des conférences du Palais international des congrès de la cité de la Démocratie, leurs certificats provisoires de diplôme d'État en médecine. En présence de Michel Essonghe, Haut-représentant du président de la République, de Mme Georgette Koko, représentant le Premier ministre, de quelques membres du gouvernement, des membres des corps diplomatique et constitués et des organisations internationales.

La cérémonie s'est déroulée en trois phases. Primo, les allocutions des autorités universitaires d'Owendo.
Le premier de cordée, le doyen de la Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS), le Pr Edouard Ngou Milama a dit de Michel Essonghe en présidant cette cérémonie, en lieu et place du chef de l'État, il montre l'intérêt qu'il porte à l'Université gabonaise.

En outre, il a fait de la lutte contre la pauvreté, de la protection de l'environnement, de la formation, de la santé des champs prioritaires de son action. A cause de cela, il a la gratitude de la communauté universitaire médicale en ce .qu'il se place au coeur des problèmes de santé pour au moins deux raisons principales. La première est lié à la mutation du besoin de santé individuel et collectif, à savoir l'homme avec son environnement et ses problèmes existentiels. La deuxième est liée à cette pensée d'un grand Africain, feu le président Houphouët Boigny qui a déclaré "un homme pauvre n'est ni libre, ni en bonne santé".

C'est à partir de ce pragmatisme et de la prise en compte globale des problèmes de santé que l'USS a construit la formation de ses étudiants. Et à propos de formation, il a salué l'engagement de l'Exécutif qui a offert aux praticiens hospitalo-universitaires et aux étudiants en médecine un Centre hositalo-universitaire (CHU) sur le site de la FMSS. Il a également salué le même Exécutif dont la préoccupation permanente est l'affirmation du couple éducation-santé. C'est la raison pour laquelle le Conseil africain et malgache pour l'Enseignement supérieur (Cames) et l'Office international des palmes académiques (OIPA) ne se sont pas trompés en décernant à Omar Bongo Ondimba une distinction pour tout ce qu'il fait spécifiquement pour l'Enseignement supérieur.

Au Premier ministre, il a indiqué qu'en prenant l'engagement d'exécuter la politique définie par le président de la République dans le domaine l'éducation en général et de l'enseignement supérieur en particulier, il fait espérer les universitaires et leur permet d'avoir foi.

Au ministre d'Etat, ministre de la Santé, le doyen a apprécié la nouvelle vision qu'elle a de conjuguer et d'harmoniser ses efforts avec son collègue de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans le cadre spécifique de la formation et de l'utilisation des personnels de santé. Ce projet agrée aux ministres d Etat, ministre du Plan et des Finances, lesquels mettent à disposition les ressources matérielles et financières d'accompagnement du programme éducationnel. Et également au ministre de la Défense nationale qui met à la disposition de la FMSS les Professeurs agrégés militaires.

Gratitude

Au Pr Albert Ondo-Ossa, il a dit qu'il est un universitaire qui partage, avec ses collègues le langage universel commun. Le Pr Ngou-Milama a témoigné sa gratitude à tous les partenaires, notamment l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'effort consenti récemment pour la bibliothèque, la France pour le schéma directeur de la recherche et la Belgique pour le Fonds de soutien à la formation médicale.

Aux Professeurs venus d'Afrique et d'Outre-Atlantique, il a dit qu'il est heureux de les accueillir à Libreville, à l'occasion du jury international des thèses de médecine. Leur disponibilité véhicule un double message : l'universalité et la solidarité interuniversitaire qui magnifient les échanges Nord-Sud et Sud Sud.

Parlant des résultats, le Pr Ngou-Milama a indiqué qu'ils sont 16 sages-femmes avec 81 % de Gabonaises et 19% d'autres nationalités, 14 techniciens supérieurs de biologie médicale dont 100% de Gabonais, 13 techniciens supérieurs en anesthésie et réanimation dont 100% de Gabonais et 36 médecins dont 78% Gabonais et 19% d'autres nationalités qui ont présenté et soumis leurs travaux à l'examen rigoureux des jurys local et international constitués à cet effet.
Pour l'orateur, la FMSS est ouverte sur le monde et la présence des étudiants des pays frères africains constitue un label. Et pour former des professionnels et chercheurs dans un siècle d'exigences et de compétition, leur permettre "d'arpenter la montagne science"; de surmonter les nouveaux défis des maladies émergentes et réémergentes et offrir un service de qualité à la société, il faut avoir de bons outils.

Doléances

Il a saisi cette occasion pour égrener des doléances : les projets de spécialisation des médecins et la formation des formateurs, de soutien des conventions universitaires et LMD, macchabées, de construction des structures des sections techniciens supérieurs de biologie médicale, sages-femmes et soins infirmiers et bien d'autres.
Aux collègues, il a demandé d'être de vrais universitaires, c'est-à-dire ceux qui ne sont pas agacés par le bon exemple, ceux qui recherchent la vérité profonde, l'action durable, pérenne, et non superficielle.
Aux étudiants, il a précisé qu'apprendre fait comprendre aux gens à quel point ils sont ignorants. C'est la l'essence de l'humilité, de la remise sans cesse en question et de la quête du professionnalisme.
Le recteur de l'USS, le Pr André Moussavou-Mouyama, à l'instar du doyen a rendu un hommage au président de la République qui a beaucoup oeuvré pour la création de l'Université gabonaise et qui n'a de cesse de ménager ses efforts pour renforcer les capacités afin que l'Université réponde aux standards internationaux et qu'elle soit au coeur du développement du pays. Pour lui, la construction du CHU est l'un des derniers actes qui participent de cet accompagnement soutenu du politique à l'aventure glorieuse des études de médecine au Gabon.

Si l'Université gabonaise est heureuse d'offrir au pays une cuvée de 36 médecins de bon cru, l'important pour André Mousavou-Mouyama, c'est de regarder l'avenir. Et de crédibiliser le métier de docteur.
Ce qu'a reconnu le Pr André Gouaze qui a affirmé que la médecine est plus qu'un métier, c'est une vocation, un sacerdoce. Le médecin doit être un humaniste, c'est-à-dire qu'il doit aimer et écouter le patient. Car le médecin est le premier médicament du patient, à travers son discours, son attitude et son sourire qui vient du coeur.

Le Pr Gombé Mbalawa, en prodiguant des conseils aux nouveaux docteurs en médecine, a déclaré que leur formation - qui vient d'être sanctionnée par l'obtention d'un doctorat en médecine - sera importante s'ils comprennent qu'ils ont acquis des savoirs savants, des savoir-faire et des savoir-être. Que chacun d'eux est un trait de l'humanisme.
Signalons que le lauréat de cette 26e promotion de médecins est Kévin Cédric Dyatta Mayombo.

Source : Journal L'Union Plus du 31 Mars et 01 Avril 2007

Lire l'article original

Plus d'articles Gabonnais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

GabonSanté tropicale au Gabon
Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !