Santé tropicale au Gabon - Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Gabon > Revue de presse

Revue de presse

Le Conseil National de l’Ordre des Médecins « rappelle qu’il est seul autorisé à interdire l’exercice de l’activité à ses membres » - 01/02/2008 - Gabonews - GabonEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Réuni autour de ses adhérents à l’occasion d’un point de presse qu’il a donné vendredi à Libreville, le bureau du Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) dirigé par le Dr. Emmanuel Ogandaga, a affirmé que seul pouvait interdire l’exercice du métier à ses membres, l’ordre pour lequel tout praticien adhère en tout âme et conscience, a constaté GABONEWS.

Cette mise au point faite dans un hôtel de Libreville fait suite aux nombreuses interpellations des membres de cette corporation intervenues ces derniers temps et surtout au procès intenté par une famille gabonaise à l’endroit des Dr. Paul Marie Loembè et Jean Koumba.

En effet, le bureau du Conseil de l’Ordre National des Médecins qui s’est dit préoccupé par l’acharnement fait à l’endroit de ses membres a tenu à faire la mise au point suivante : « d’après le lynchage médiatique dont est victime le corps médical gabonais et que, lorsqu’une preuve de culpabilité d’un médecin est établie, seule le Conseil a le droit de punir ce dernier et même de le radier définitivement de la corporation »

Pour le bureau du Conseil, les patients doivent continuer à faire confiance aux deux médecins qui bénéficient toujours de l’onction de l’ordre pour leur métier et peuvent encore accepter des interventions qu’ils ont d’ailleurs droit de pratiquer, tant est si bien que seul le Conseil National de l’Ordre des Médecins a le pouvoir de suspendre les activités d’un membre légalement assermenté.

De même, le Conseil, rappelant le contrat de confiance qui devrait régir les rapports entre les médecins et leurs malades insiste sur l’obligation de moyens et non de résultats qui caractérise les praticiens.

Par ailleurs, le Conseil, relevant les clauses contractuelles qui lient ses deux membres incriminés à leur employeur, précise que ces derniers ont toute la latitude de prendre en charge des malades dans le privé sans être taxés d’exercice illégal de la médecine.

En somme, le Conseil insiste sur la présomption d’innocence des deux membres suspendus par leur hiérarchie et appelle à la retenue en attendant que le verdict final qui devrait, espère t-il tenir compte de l’avis du Conseil National de l’Ordre des Médecins.

GN/JM/DCD/JCK/08

Lire l'article original

Plus d'articles Gabonnais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

GabonSanté tropicale au Gabon
Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !