Santé tropicale au Gabon - Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Gabon > Revue de presse

Revue de presse

La Trypanosomiase, une des tueuses silencieuses plus que présente au Gabon - 27/11/2008 - Gabonews - GabonEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La maladie du sommeil ou trypanosomiase, pratiquement disparue au Gabon entre 1950 et 1969, connaît un regain d’endémie tant à Libreville que dans les provinces de l’Estuaire et de l’Ogooué Maritime. En cause, l’abandon des activités et l’arrêt définitif de la lutte antivectorielle, a confié jeudi à GABONEWS le Dr Mengué Méyi Paulette.

La responsable du programme national de lutte contre la Trypanosomiase, fait observer entre autres, que depuis 1970 le Gabon connaît un retour de la maladie de sommeil accentué par la faible capacité de prise en charge des malades par les formations sanitaires des foyers à risque. « Nous notons une forte mortalité des malades de la deuxième phase par rapport à ceux de la première », a-t-elle affirmé.

De source concordante, on apprend que les foyers avec parasites sont persistants à proximité de deux grandes villes du Gabon: Libreville et Port-Gentil où résident plus de 50% de la population du pays.

Dans le détail, le rapport du programme national de lutte contre la trypanosomiase indique que « le nombre des populations menacées par la maladie du sommeil dans les zones périurbaines de Libreville et à l’Estuaire-ouest est estimé aux environs de 130.000 habitants, mais seuls 20.000 personnes sont sous contrôle actif et passif ».

A Port-Gentil (nord ouest), trois niches sont endémiques. Ce sont les cantons Océan, Rembo-Nkomi et le prolongement de l’Océan Gongoué.

Le programme national de lutte contre la Trypanosomiase qui ne dispose que de 11 millions de francs pour l’achat des médicaments et moins de 2 millions de francs CFA pour le carburant, estime que ce budget est modeste pour combattre efficacement cette maladie autrement dit la Trypanosomiase Humaine Africaine (THA).

De 2002 à 2008, le programme a dépisté 82 cas en première phase dite phase lymphatico -sanguine et 167 cas en deuxième phase ou phase méningo –encéphalitique.

« Les chiffres que nous venons de vous donner sont très sous-estimés et ne reflètent pas la réalité à cause de la faible couverture de l’ensemble des foyers actifs de l’estuaire et l’absence de prospection active dans le canton Océan de Benjé (Port-Gentil) à l’Ogooué Maritime et dans les foyers anciens », a-t-elle déclaré.

Mme Mengué Méyi estime nécessaire, d’organiser des missions de dépistages actifs dans les zones à foyers, sachant que certaines provinces du sud et du sud -est, nord-est, ouest (Haut Ogooué, Ogooué Ivindo, Ogooué Maritime, Nyanga) sont frontalières aux pays endémiques tels que le Congo.

On note que « tous les villages de l’Estuaire hébergent des porteurs de parasites, et il n’y a jusqu’ici aucun financement pour la lutte de cette maladie sur le terrain », atteste le Dr Mengué.

Le programme national de lutte contre la THA n’assure pour le moment, que la prise en charge médicale périodique des malades provenant des foyers actifs de la province de l’Estuaire, en terme de dépistage épisodique des cas de THA, de traitement et de suivi des malades à l’hôpital spécialisé de Nkembo; grâce à l’appui multiforme (technique, matériel, logistique et financière) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La résurgence de la maladie du sommeil remonte à 1970 alors qu’elle fût éradiquée en 1969 après son apparition dans les années 50.

Au Gabon, la Trypanosomiase est considérée comme une des tueuses silencieuses à l’image de l’Hyper tension artérielle.

GN/DAN/RA/IZ/08

Par: Douglas Anselme NTOUTOUME

Lire l'article original

Plus d'articles Gabonnais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

GabonSanté tropicale au Gabon
Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !