Santé tropicale au Gabon - Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Gabon > Revue de presse

Revue de presse

Fermeture attendue des structures sanitaires privées illicites - 23/11/2010 - Gabonews - GabonEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Face à la prolifération des structures sanitaires privées illicites et la pratique illégale de la médecine par des personnes non autorisées, les autorités entendent sévir par la fermeture des différentes officines, a-t-on appris. Cette décision a été communiquée aux médecins, infirmiers, sages-femmes, entre autres (issus du secteur public et privé), exerçant, à Libreville et ses environs, à la faveur d’une réunion dirigée, lundi, par l’Inspecteur Général de la Santé (IGS), le Dr Stéphane Germain Iloko Boussengui.

Elle découle d’une inspection menée par le patron de l’IGS et qui a révélé des disfonctionnements énormes dans la pratique de la médecine en République Gabonaise en dépit des dispositions y relatives.

Il s’agit pour les corps de métiers agissant dans le domaine de la santé de « justifier de leurs capacités techniques, par un diplôme reconnu par le Gouvernement gabonais; d’être inscrit à l’Ordre des Médecins ou pour les expatriés, d’avoir une autorisation d’exercer la médecine ou les fonctions paramédicales ».

Faute de s’y conformer, trois(3) faux- médecins ont été récemment débusqués à la suite d’une inspection effectuée sur le terrain par l’IGS, augmentée, dans la foulée, par la mise sous scellées d’une trentaine d’établissements hors-normes, situés dans la capitale et sa périphérie.

Cette opération, annonce-t-on, devrait se poursuivre sur le reste du territoire national où les cliniques et autres cabinets de soins infirmiers voire d’analyses médicales de fortune se sont multipliés depuis plus d’une décennie devant, parfois, l’incapacité d’une catégorie de la population à accéder aux unités gérés par l’Etat.

GN/10

Lire l'article original

Plus d'articles Gabonnais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

GabonSanté tropicale au Gabon
Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !