Santé tropicale au Gabon - Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Gabon > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre l’épidémie à virus chikungunya : La campagne de pulvérisation est loin de satisfaire les attentes des population. - 24/05/2007 - Internet Gabon - GabonEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Si le ministre d'Etat à la Santé s'est réjoui, au terme de sa visite dans les différents centres de santé, de l'application, par les responsables f ces unités, des mesures arrêtées par le gouvernement pour soulager les malades, dans les quartiers en revanche, les populations sont loin d'être satisfaites par les méthodes employées par le service d'hygiène publique et d'assainissement pour venir a bout des moustiques dans notre capitale. Les agents n'étant intervenus que dans peu d'habitations de nos quartiers et arrondissements.

Pourtant, lors du lancement de la campagne de désinsectisation des communes de Libreville et d'Owendo, afin de lutter contre la multiplication des moustiques dont l'aedes est le vecteur de transmission du Chikungunya à l'homme, nombreux sont ceux de nos compatriotes gui avaient favorablement accueilli l'initiative.
Une semaine après, de nombreux problèmes apparaissent. Notamment le manque de moyens de locomotion, car les trois équipes mises en place pour assurer ce travail sont obligées de partager le même véhicule que la direction du service d'hygiène et d'assainissement. Au cours de la dernière réunion interministérielle tenue sur le chikungunya, à l'immeuble abritant les services du Premier ministre, boulevard de l'Indépendance - et que Jean Eyéghé Ndong avait lui-même présidée - il avait été annoncé le décaissement d'une somme de 100 millions de francs pour faire face à l'épidémie.

A cela s'ajoute l'insuffisance du matériel mis à la disposition des agents pulvérisateurs. Lesquels sont obligés de ne viser que des habitations situées près des cours d'eau, car ne disposant, pour les communes de Libreville et d'Owendo que de six pulvérisateurs et trois nébulisateurs achetés par l'Etat et répartis entre les trois équipes composées de huit personnes chacune.

A l'heure même où nous passions pour vérifier le travail exécuté sur le terrain, on nous annonçait que l'un des trois nébulisateurs et un pulvérisateur seraient déjà tombés en panne. Ce fui réduit sensiblement l'efficacité de cette opération.

D'où le mécontentement de certains compatriotes qui ont constaté que la totalité de leurs quartiers n'a jamais été visitée par les agents pulvérisateurs. Et que dans cette opération, les garages ne sont pas pris en compte par ces agents qui n'arrivent donc pas, avec leur maigre matériel, à se rendre dans toutes les habitations.
Bien que quotidiennement environ 150 à 180 maisons soient touchées par cette opération, l'Etat est invité à rectifier le tir (en ce qui concerne le renforcement du maté riel, des moyens logistiques et du personnel de terrain) four atteindre, dans les délais indiqués, l'objectif fixé.
Toutefois, en dépit de ces difficultés, les équipes présentes sur le terrain déflorent le comportement peu coopératif de certains compatriotes qui renâclent â nettoyer leur environnement et fui refusent que leurs domiciles soient désinsectisés !

Lire l'article original

Plus d'articles Gabonnais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

GabonSanté tropicale au Gabon
Le guide de la médecine et de la santé au Gabon


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !