Santé tropicale en Guinée - Le guide de la médecine et de la santé en Guinée


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Janvier 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Novembre/Décembre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Décembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Guinée > Revue de presse

Revue de presse

Mortalité maternelle : Le défi des mutuelles - 12/07/2006 - Guinée Conakry Info - GuinéeEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le taux de mortalité maternelle en Guinée est l'un des plus élevés de la sous région, a-t-on appris des spécialistes du ministère de la santé. Chaque année, on enregistre 528 cas de décès maternels pour 100.000 naissances vivantes. Cette situation est liée au faible revenu des ménages.

Face à cette situation, il a été mis en place des mutuelles contre les risques de la grossesse et de l'accouchement (MURIGA) et la fixation d’un tarif marginal pour la césarienne. Ces MURIGA ont des capacités de financement limitées à cause du nombre restreint de leurs adhérents et du niveau des cotisations qui ne tiennent pas compte des coûts des prestations. Les tarifs fixés par le ministère de la santé publique à savoir, 10.000 GNF à l’hôpital préfectoral, 15.000 GNF à l’hôpital régional et 17.000 GNF pour l’hôpital national ne garantissent pas l’accessibilité financière aux soins obstétricaux d’urgence, par ce que le différentiel par rapport au coût réel n’est pas subventionné.

Une étude réalisée récemment par le ministère de la santé Publique, montre que pour supporter ces coûts hors salaire, il est nécessaire de mobiliser 694.000 GNF par césarienne dont 519.000 GNF pour les coûts hospitaliers.

On indique dans cette étude, qu’il est nécessaire de mettre en place un système de partage des charges qui tient compte de la capacité financière des acteurs concernés, à savoir les usagers, les mutuelles, l’Etat et les aides internationales. Dans ce système, les usagers et les mutuelles supportent les frais de séjour et de transport qui coûtent quelque 174.000 GNF. L'Etat et les autres partenaires prennent en charge le reste des dépenses.

La gratuité effective de la prise en charge de la césarienne dans les publiques ne peut réussir que si l’intégralité des coûts susmentionnés est financée. Il serait donc judicieux de mobiliser des fonds avant de lancer de telle initiative.

CHY/AB/MAC/FK

Lire l'article original

Plus d'articles Guinéens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

GuinéeSanté tropicale en Guinée
Le guide de la médecine et de la santé en Guinée


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !