Santé tropicale en Guinée - Le guide de la médecine et de la santé en Guinée


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Guinée > Revue de presse

Revue de presse

6% des adultes guinéens développent le diabète - 01/02/2014 - Le jour de Guinée - GuinéeEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Faute des tests de dépistages, le diabète tue dans le silence en Guinée, c’est l’avis de Dr Naby Moussa Baldé de l’unité de pied diabétologique du CHU de Donka. Qui l’a laissé entendre au cours d’une conférence de presse animée ce vendredi à Conakry. Plus grave 5 à 6% des adultes guinéens sont diabétiques selon une enquête réalisée en décembre 2009 et janvier 2010 à Conakry et dans certaines régions du pays. Méconnaissance de la maladie ou difficile accès de soins, le diabète tue et continue de tuer dans l’indifférence totale.

Dans le but de prévenir la maladie et détecter les malades, Lion’s Club Mont Loura, une ONG guinéenne créée en 1992 et Miss Guinée 2014 en collaboration avec le service d’endocrinologie –Diabétologie, du CHU de Donka ont lancé une campagne appelée Téléthon afin de collecter des fonds pour la rénovation du service et pour le soin des malades alités à l’hôpital Donka.

Mme Diarraye BARRY, membre de Lion’s Club Mont Loura a déclaré qu’à l’occasion du 20e anniversaire de son ONG, célébré en décembre dernier, le club a eu de l’argent qu’il a investi au service d’endocrinologie –Diabétologie, CHU de Donka. L’objectif, a-t-elle dit, est de contribuer à l’amélioration de la santé des diabétiques. Car sans la santé, il n’y a pas de développement. Mme Barry a saisi l’occasion pour demander le soutien de toutes les bonnes volontés.

Par ailleurs, la Miss Guinée 2014 a annoncé séance tenante une contribution d’un million de francs guinéens. « Je m’engage solennellement à donner une somme d’un million GNF pour la réussite de l’événement », a-t-elle lancé. Profitant de cette occasion, Mlle Halimatou Diallo a lancé un appel à toute la Guinée afin de faire de l’évènement un succès. Elle a enfin invité toutes les bonnes volontés à contribuer pour assister les malades.

Pour sa part, Dr Naby Moussa Baldé, du service d’endocrinologie –Diabétologie du CHU de Donka, a noté dans son intervention « une dimension à l’appel de la générosité » dont le but fondamental est « d’informer, de sensibiliser et d’expliquer les maladies plus précisément le diabète ». Car, déplore le médecin, ce sont généralement « des malades inconnus ».

A l’aide de la diapo, il a montré des patients en traitement dans son service ayant des « lésions graves ». Dr Baldé a souligné dans son intervention le manque d’un local adéquat, le nombre croissant de malades ayant entrainé la transformation de l’internat en une unité de pied diabétologique. Depuis sa création en 2009, cette unité a reçu plus de 600 patients, a indiqué le médecin.

Comment se manifeste le diabète ?

Selon le Dr Baldé, le diabète est une maladie qui se manifeste comme suit : pas de symptômes apparents, par l’excès d’urines et de soif, par la fatigue, par la complication sexuelle car le diabète peut détruire les reins. On peut aussi détecter la maladie à l’aide d’un check-up (bilan de santé) et l’examen de la glycémie, taux élevé de sucre dans le sang.

Le Dr Baldé a aussi dénoté quelques facteurs de risques du diabète. Il s’agit de l’âge, de l’hérédité, de l’excès du poids, une alimentation inappropriée, la sédentarité, le tabagisme. Le diabétologue a également fait comprendre que les personnes hypertendues développement le diabète. Enfin, il faut noter que le diabète tue plus que le Sida en Guinée, a-t-il fait remarquer.

Pour combattre cette pandémie, le médecin recommande la création des centres de dépistage du diabète et l’augmentation du fonds alloué à la lutte contre les maladies non transmissibles (MNT).

Amadou Kendessa Diallo

Lire l'article original

Plus d'articles Guinéens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

GuinéeSanté tropicale en Guinée
Le guide de la médecine et de la santé en Guinée


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !