Santé tropicale en Guinée - Le guide de la médecine et de la santé en Guinée


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Guinée > Revue de presse

Revue de presse

L’AMEGH présente son bilan après deux ans d'exercices - 05/03/2014 - Le jour de Guinée - GuinéeEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'Association des mamans d'enfants hydrocéphales de guinée (AMEHG) a présenté mardi à Conakry le rapport annuel de ses activités pour les exercices de 2012-2013 et 2013-2014. C'est un document de 8 pages que la présidente de l'association, Mme Hawa Mansour Fadiga a lu devant la presse. Dans son introduction, elle a souligné que « l'Association des Mamans d'Enfants Hydrocéphales de Guinée/AMEHG a enregistré au courant de l'année 2011, année de démarrage effectif des activités de la structure, au moins 40 enfants hydrocéphales qui ont tous bénéficié des prises en charge nutritionnelle, médicale et psychosociale ».

Poursuivant ses explications, la présidente de l'ONG a indiqué qu'au cours de l'année 2012, elle a procédé à plusieurs activités qui sont entre autres l'organisation d'une journée scientifique en juin 2012 en vue de la démystification de l'hydrocéphalie, ainsi que la confection et l'émission des annonces et affiches traduisant le programme de l'AMEHG en faveur des enfants hydrocéphales pour une période de six (6) jours allant du 21 au 27 Avril 2012. Mme la présidente de l’ONG dira aussi que les parents des victimes ont été préparés en vue de leur totale adhésion à ce programme de sensibilisation afin qu’ils adhèrent à ce programme d’identification et d’enregistrement de leurs enfants malades au niveau de l’AMEHG.

Selon la présidente, la stratégie de l'AMEHG a consisté à profiter des programmes d'accompagnement pour élargir l'éventail de distribution des affiches. « Cette stratégie a permis à l'AMEHG d'identifier et d'enregistrer comme nous l'avons dit plus haut pour le compte de l'année 2012, 79 enfants hydrocéphales parmi lesquels, quarante de neuf (49) ont effectivement suivi l'intervention chirurgicale grâce à l'apport de son partenaire qu'est l'AFG (American Friend's Of Guinea) » a souligné la présidente.

Plus loin, elle affirmera que cette stratégie a aidé son ONG à obtenir ces résultat à savoir l’identification et l'enregistrement de 79 cas d'hydrocéphalie sur l'ensemble du territoire national, l'hébergement au siège social de l'AMEHG à Coyah de 79 enfants et de leurs mamans respectives durant les périodes pré et post opératoires, la prise en charge médicale (Préopératoire) de 79 enfants hydrocéphales durant laquelle, nous avons enregistré 25 cas de décès avant l'intervention chirurgicale et 49 cas ayant effectivement suivi l'intervention chirurgicale.
Pour sa part, Dr Ibrahima Sory Souaré, neurochirurgien à l'Hôpital de sino-guinéen, a indiqué que « le coût global de ses soins est estimé à 11 millions par enfant et une fois qu'ils sontarrivés, les parents n'ont aucun centime a déboursé.

Au moins 35 enfants ont bénéficié ce soutien médical. Et depuis la fin de 2013, nous n'avons pas fait pratiquement aucune opération pour cause de financement » a-t-il estimé. Avant d’ajouter que la maladie peut être prévenue à condition de traiter les maladies qui peuvent être compliqués à l'avenir. Notamment la méningite qui peut se transformer en hydrocéphalie et de déclarer la prévention est possible en « en disant aux femmes en grossesses durant les trois premiers mois de ne rien prendre sans l'avis du médecin ».

La présidente de l'ONG a tenu à préciser sur les moyens de financement de l'AMEHG. « Nous avons deux sources de financement, la première est notre partenaire qui est l'AFG, c'est l'ONG d'une compatriote qui après notre présentation, s'est déplacé pour venir nous aider. Depuis l'AMEHG n'évolue qu'avec AFG et sur ses fonds propres »a-t-elle expliqué. Et de déploré enfin le manque d’assistance de la part du gouvernement, du ministère de la Santé. Seul le ministère des Affaires sociales a assisté l'ONG.

Diakité Aboubacar & Safiatou Diallo

Lire l'article original

Plus d'articles Guinéens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

GuinéeSanté tropicale en Guinée
Le guide de la médecine et de la santé en Guinée


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !