APIDPM Se connecter/S'inscrire Votre panier0

Se connecter/S'inscrire Connexion / Inscription

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Consulter les revues

Choisissez votre revue :

Médecine d'Afrique Noire

Médecine d'Afrique Noire N° 6905 - Mai 2022

Médecine d'Afrique Noire

N° 6905 - Mai 2022

Editeur : APIDPM Santé tropicale
Langue(s) de publication : Français
Edition papier : ISSN 0465-4668
Edition électronique : ISSN 2490-9971
Retrouvez également nos offres d'abonnements

Il y a actuellement 2240 articles.


Archives (par année de publication)

Sommaire du N° 6905 - Mai 2022

Docteur Anani Wencesl Séverin Odzébé Gangrène périnéo-scrotale : aspects épidémiologiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutifs au CHU de Brazzaville
A.M. Ondongo Atipo, A.S. Ondziel Opara, R.B. Banga Mouss, B.M. Monwongui, Y. Dimi Nyanga, A.W.S. Odzebe, P.A. Bouya - Congo-Brazzaville - pages 265-272


X

Docteur Anani Wencesl Séverin Odzébé Gangrène périnéo-scrotale : aspects épidémiologiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutifs au CHU de Brazzaville Gangrène périnéo-scrotale : aspects épidémiologiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutifs au CHU de Brazzaville est évalué 1 étoiles

Auteurs : A.M. Ondongo Atipo, A.S. Ondziel Opara, R.B. Banga Mouss, B.M. Monwongui, Y. Dimi Nyanga, A.W.S. Odzebe, P.A. Bouya - Congo-Brazzaville
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6905 - Mai 2022 - pages 265-272


Résumé

Objectif : Décrire les aspects épidémiologiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutifs de la gangrène périnéo-scrotale au CHU de Brazzaville.
Patients et méthode : Il s’est agi d’une étude rétrospective portant sur les patients hospitalisés pour gangrène périnéo-scrotale dans le service d’urologie du CHU de Brazzaville, du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2019.
Résultats : La fréquence de la gangrène périnée-scrotale était de 1,3%. L’âge moyen était de 51,4 ± 12 ans (extrêmes : 23 et 89 ans). Les facteurs de risque étaient dominés par le diabète (27,8% des cas). Le délai moyen de consultation était de 12,7 ± 9 jours (extrêmes 4 et 24 jours). L’examen cliniques avait permis de retrouver les signes généraux et locaux en rapport avec la gangrène. La gangrène était idiopathique (gangrène de Fournier) dans 20,6% des cas et secondaire dans 79,4% des cas. La sténose de l’urètre était l’étiologie la plus fréquente (79,2%). Escherichia coli (41,2%) et le staphylocoque doré (20,6%) étaient les germes les plus isolés. Les lésions étaient périnéo-scrotales dans 38% des cas et scrotales dans 28% des cas. Le traitement médical était constitué de la rééquilibration hydroélectrolytique (32%) et de l’antibiothérapie était systématique. Le traitement chirurgical était systématique, et avait consisté à un débridement. Le drainage urinaire par cathétérisme sus-pubien était pratiqué dans 62% des cas. La durée moyenne d’hospitalisation était de 27 ± 12 jours (extrêmes : 4 et 60 jours). L’évolution était défavorable entraînant le décès dans 24,28% des cas.
Conclusion : La gangrène périnéo-scrotale est une pathologie rare, mais grave pouvant mettre en jeu le pronostic vital. Elle affecte toutes les tranches d’âge. Le diagnostic est aisé. Sa prise en charge est médico-chirurgicale.


Summary
Perineo-scrotal gangrene: epidemiological, diagnostic, therapeutic and evolutionary aspects at Brazzaville University Teaching Hospital

Objective: To describe the epidemiological, diagnostic, therapeutic and evolutionary aspects of perineoscrotal gangrene at the University Teaching Hospital of Brazzaville.
Patients and method: This was a retrospective study of patients hospitalized for perineoscrotal gangrene in the urology department of the University Hospital of Brazzaville, from January 1st, 2004 to December 31st, 2019.
Results: The frequency of perineo-scrotal gangrene was 1.3%. The mean age was 51.4 ± 12 years (range: 23 and 89 years). The socio-economic level was low in 77.3% of cases. The risk factors were dominated by diabetes (27.8% of cases). The average consultation time was 12.7 ± 9 days (range 4 and 24 days). Clinical examination revealed general and local signs related to gangrene. The gangrene was idiopathic (Fournier’s gangrene) in 20.6% of cases and secondary in 79.4% of cases. Urethral stricture was the most common etiology (79.2%). The complete blood count showed polynuclear neutrophilic leukocytosis in all cases, and anemia in 41.2% of cases. Escherichia coli (41.2%) and Staphylococcus aureus (20.6%) were the most isolated organisms. The lesions were perineo-scrotal in 38% of cases and scrotal in 28% of cases. The medical treatment consisted of hydroelectrolyte rebalancing (32%) and antibiotic therapy was systematic. Surgical treatment was systematic and consisted of debridement. Urinary drainage by suprapubic catheterization was performed in 62% of cases. The average length of hospitalization was 27 ± 12 days (range: 4 and 60 days). The course was unfavorable resulting in death in 24.28% of cases.
Conclusion: Perineo-scrotal gangrene is a rare but serious pathology that can be life-threatening. It affects all age groups. The diagnosis is easy. Its medical and surgical care.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Docteur Amady Coulibaly Indications des lambeaux et greffes de peau dans la couverture des pertes de substances au Centre National d’Odonto-stomatologie de Bamako, Mali
A. Coulibaly, S. Traore, A. Salami, K. Keita, S.O. Guindo, M.G. Diallo, Y. Sissoko, A. Doumbia, O. Coulibaly, S. Camara, H. Traore, H. Benateau, A. Ag Mohamed - Mali - pages 273-279


X

Docteur Amady Coulibaly Indications des lambeaux et greffes de peau dans la couverture des pertes de substances au Centre National d’Odonto-stomatologie de Bamako, Mali Indications des lambeaux et greffes de peau dans la couverture des pertes de substances au Centre National d’Odonto-stomatologie de Bamako, Mali est évalué 4,55555555555556 étoiles

Auteurs : A. Coulibaly, S. Traore, A. Salami, K. Keita, S.O. Guindo, M.G. Diallo, Y. Sissoko, A. Doumbia, O. Coulibaly, S. Camara, H. Traore, H. Benateau, A. Ag Mohamed - Mali
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6905 - Mai 2022 - pages 273-279


Résumé

Introduction : Les pertes de substances de l’extrémité céphalique sont des lésions qui peuvent rompre l’harmonie anatomique, esthétique et fonctionnelle de cette région. La couverture de ces pertes de substances est souvent très complexe et constitue un véritable challenge pour le chirurgien maxillo-facial. L’objectif de ce travail était d’étudier les indications des lambeaux et greffes de peau dans la prise en charge des pertes de substances de l’extrémité céphalique.
Patients et méthodes : Il s’est agi d’une étude transversale descriptive qui s’est déroulé de 2015 à 2020 au Centre National d’Odontostomatologie de Bamako. Ont été inclus dans cette étude, tous les cas de PDS des parties molles de l’extrémité céphalique pris en charge par lambeaux ou greffes de peau. Les données recueillies ont été saisies et analysées avec le logiciel SPSS 12.
Résultats : L’échantillon était composé de 30 cas. Le sexe féminin a représenté 56,66% des cas avec un sex-ratio de 1,3. L’âge moyen a été de 36,20 ans. Les âges extrêmes étaient de 5 et 70 ans. Les ménagères étaient les plus représentées avec 33,33% des cas. Les mariés ont représenté 83,33% des cas. La lèvre inférieure a constitué le siège le plus fréquent (26,67%). Les étiologies étaient traumatiques, tumorales et infectieuses. L’étiologie traumatique a représentée 50,00% des cas et les circonstances de survenue de ces traumatismes étaient principalement les accidents de la voie publique (33,33%). Les lambeaux ont été utilisés dans 66,33% des cas contre 36,67% pour les greffes de peau totale. Le lambeau d’Eslander a été le plus utilisé avec 42,10% des cas. Le résultat était satisfaisant dans 83,33% des cas.
Discussion : Le choix de l’option thérapeutique dépend du type de perte de substance, de sa localisation, des structures sous-jacentes exposées, des exigences fonctionnelles et esthétiques de la reconstruction.
Conclusion : La couverture des pertes de substances requiert souvent des solutions multiples et différentes pour obtenir des résultats en général satisfaisants.


Summary
Indications of flaps and skin grafts in the coverage of loss of substances at the National Center of odontostomatology of Bamako

Introduction: The losses of substances from the cephalic extremity are lesions which can disrupt the anatomical, aesthetic and functional harmony of this region. The realization of certain flap techniques is very complex and constitutes a real challenge for the maxillofacial surgeon. The objective of this work was to study the indications of skin flaps and grafts in the management of loss of substances from the cephalic end.
Patients and methods: This was a descriptive cross-sectional study that took place from 2015 to 2020 at the National Center for Odontostomatology in Bamako. Included in this study were all cases of PDS of the soft parts of the cephalic extremity supported by flaps or skin grafts. The data collected were captured and analyzed with SPSS 12 software.
Results: The sample consisted of 30 cases. The female sex represented 56.66% of cases with a sex-ratio of 1.3. The average age was 36.20 years old. The extreme ages were 5 and 70 years old. Housewives were the most represented with 33.33% of cases. The married represented 83.33% of the cases. The lower lip was the most frequent site (26.67%). The aetiologies were traumatic, tumor and infectious. The traumatic aetiology represented 50.00% of cases and the circumstances in which these traumas occurred were mainly road accidents (33.33%). Flaps were used in 66.33% of cases against 36.67% for total skin grafts. The Eslander flap was the most used with 42.10% of the cases. The result was satisfactory in 83.33% of cases.
Discussion: The choice of the therapeutic option depends on the type of defect, its location, the
exposed underlying structures, the functional and aesthetic requirements of the reconstruction.
Conclusion: Covering the loss of substances often requires multiple and different solutions to obtain generally satisfactory results.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Initiation à l’hémodialyse chez un patient hémophile A sévère : Expérience du service de néphrologie du CHU Aristide Le Dantec de Dakar, Sénégal
B. Ba, M. Faye, A. Tall Lemrabott, AB. Diallo, MO. Faye, N. Keita, S. Diagne, MA. BA, A. Dieng, EF. Ka - Sénégal - pages 281-286


X

Initiation à l’hémodialyse chez un patient hémophile A sévère : Expérience du service de néphrologie du CHU Aristide Le Dantec de Dakar, Sénégal Initiation à l’hémodialyse chez un patient hémophile A sévère : Expérience du service de néphrologie du CHU Aristide Le Dantec de Dakar, Sénégal est évalué 1 étoiles

Auteurs : B. Ba, M. Faye, A. Tall Lemrabott, AB. Diallo, MO. Faye, N. Keita, S. Diagne, MA. BA, A. Dieng, EF. Ka - Sénégal
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6905 - Mai 2022 - pages 281-286


Résumé

L’hémophilie A est une anomalie génétique de la coagulation liée au chromosome X causée par une mutation du gène codant pour le facteur VIII. Son incidence est de 1 cas sur 5000 naissances masculines. Les principales manifestations cliniques de l’hémophilie, variables en fonction de la sévérité, sont des hémorragies spontanées ou des saignements aigus provoqués par un traumatisme mineur. Avec l’amélioration des options thérapeutiques, l’espérance de vie des patients hémophiles a considérablement augmenté. En effet ils développent de plus en plus les maladies chroniques liées à l’âge. Il s’agit essentiellement du diabète, de l’HTA qui les prédisposent à la Maladie Rénale Chronique (MRC). La prise en charge de cette dernière sur terrain d’hémophilie est complexe et doit être pluridisciplinaire. En effet le risque hémorragique limite souvent la réalisation de la ponction biopsie rénale et peut conditionner le choix de la technique d’Epuration Extra-Rénale (EER). Nous rapportons un cas d’initiation à l’hémodialyse chronique chez un patient suivi pour MRC stade 5 sur terrain d’hémophilie A sévère au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Aristide Le Dantec de Dakar au Sénégal.


Summary
Initiation of hemodialysis in a patient with severe hemophilia A. Experience of the nephrology department of the Aristide Le Dantec University Teaching Hospital in Dakar, Senegal

Hemophilia A is an X-linked genetic clotting disorder caused by a mutation in factor VIII gene. Its incidence is 1 in 5,000 male births. The main hemophilia clinical manifestations, which vary according to severity, are spontaneous bleeding or acute bleeding caused by minor trauma. With improved treatment options, the life expectancy of patients with hemophilia has increased dramatically. In fact, they are increasingly developing chronic diseases related to age. These are mainly diabetes, hypertension which predisposes them to chronic kidney disease (CKD). The management of the latter in the field of hemophilia is complex and must be multidisciplinary. In fact, the risk of haemorrhage often limits the performance of a renal biopsy and may condition the choice of the renal replacement therapy. We report a case of initiation to chronic hemodialysis of a patient followed for end Stage Renal Disease (ESRD) on severe hemophilia A at the University Teaching Hospital (UTH) Aristide Le Dantec in Dakar, Senegal.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Docteur Mohamed Diomandé Abcès des parties molles dans le mal de Pott à Abidjan : à propos de 261 cas
M. Diomande, A. Traore, Y.N.C. Kpami, Y. Coulibaly, A. Bamba, E.A. Koto, A.K. Coulibaly, K.J.M Djaha, M. Gbane, B. Ouattara, J.C. Daboiko, E. Eti - Côte d'Ivoire - pages 287-294


X

Docteur Mohamed Diomandé Abcès des parties molles dans le mal de Pott à Abidjan : à propos de 261 cas Abcès des parties molles dans le mal de Pott à Abidjan : à propos de 261 cas est évalué 1 étoiles

Auteurs : M. Diomande, A. Traore, Y.N.C. Kpami, Y. Coulibaly, A. Bamba, E.A. Koto, A.K. Coulibaly, K.J.M Djaha, M. Gbane, B. Ouattara, J.C. Daboiko, E. Eti - Côte d'Ivoire
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6905 - Mai 2022 - pages 287-294


Résumé

Introduction : Le mal de Pott, ou spondylodiscite tuberculeuse est la forme la plus fréquente des tuberculoses ostéoarticulaires, elle s’étend très souvent dans les parties molles pré et latéro-vertébrales sous la forme d’abcès froid. L’objectif de cette étude était de déterminer le profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif des abcès des parties molles dans le mal de Pott à Abidjan et en identifier les facteurs de risque associés.
Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective et analytique de 261 dossiers de patients souffrant d’une spondylodiscite tuberculeuse probable ou confirmée avec des abcès des parties molles hospitalisés au service de rhumatologie du CHU de Cocody de janvier 2010 à décembre 2019.
Résultats : La fréquence hospitalière des abcès des parties molles dans la spondylodiscite tuberculeuse était de 62,14%. Notre effectif était constitué de 150 hommes et 111 femmes avec un âge moyen de 41,05 ± 15,15 ans. L’antécédent tuberculeux, la notion de contage tuberculeux et le statut VIH positif ont été respectivement notés dans 5,75%, 15,33% et 12,36% des cas. Le délai diagnostic moyen était de 9,49 ± 9,3 mois. Les principales données cliniques étaient le syndrome rachidien (99,62%) dominé par la raideur rachidienne (69,61%), les signes d’imprégnation tuberculeuse (81,51%) et les signes de compression neurologique (15%). La VS et la CRP moyennes étaient respectivement de 51,18 ± 34,75 mm à la première heure et 52,88 ± 48,19 mg/l. La bacilloscopie était positive dans 38,81% et la PCR BK positive dans 66,67% des cas. La tomodensitométrie avait été l’imagerie diagnostique de choix (92,86%). Les abcès des parties molles étaient localisés respectivement à l’imagerie (TDM/IRM) au niveau des muscles paravertébraux (96,58%/94,59%), de l’espace épidural (10,25%/16,21%) et en zone rétrotrachéal (0,42%/2,70%). Les atteintes tuberculeuses associées (11,88%) étaient viscérales (87,12%) notamment pulmonaires (70,37%). La durée moyenne de traitement antituberculeux était de 12,39 mois avec une guérison dans 94,64%. L’âge adulte jeune (p = 0,00), le délai diagnostique tardif (p = 0,01), la gibbosité (p = 0,00), les compressions neurologiques (p = 0,00), le syndrome inflammatoire biologique (CRP ; p = 0,0034) et la topographie dorsale (p = 0,001) et lombaire (p = 0,01) étaient significativement associés à la présence des abcès des parties molles.
Conclusion : Les abcès des parties molles sont fréquents dans la spondylodiscite tuberculeuse à Abidjan et touche les adultes jeunes. Le mal de Pott se manifeste par un syndrome rachidien avec des signes d’imprégnation tuberculeuse. Ils siègent en regard des muscles paravertébraux. Les facteurs associés à la présence des abcès des parties molles sont : l’âge adulte jeune, le délai diagnostique tardif, la gibbosité, les compressions neurologiques, le syndrome inflammatoire biologique et les topographies dorsale et lombaire.


Summary
Soft tissue abscesses in Pott’s disease in Abidjan: about 261 cases

Background: Pott’s disease, or tuberculous spondylodiscitis is the most frequent form of osteoarticular tuberculosis, it very often extends into the pre and latero-vertebral soft tissues in the form of a cold abscess. The objective of this study was to determine the epidemiological, clinical, paraclinical, therapeutic and evolutionary profile of patient with soft tissue abscesses in Pott’s disease in Abidjan and to identify associated risk factors.
Patients and methods: It is a retrospective and analytical study of 261 files of patients suffering from presumptive or confirmed Pott’s disease with soft tissue abscesses hospitalized in the rheumatology department of Cocody University Hospital from January 2010 to December 2019.
Results: The hospital frequency of soft tissue abscesses in tuberculous spondylodisctis was 62.14%. Our study population consisted of 150 men and 111 women with an average age of 41.05 ± 15.15 years. A tuberculosis history, a notion of tuberculosis contagion and the positive HIV status were respectively noted in 5.75%, 15.33% and 12.36% of cases. The mean diagnostic time was 9.49 ± 9.3 months. The main clinical findings were spinal syndrome (99.62%) dominated by spinal stiffness (69.61%), tuberculous impregnation signs (81.51%) and signs of neurological compression (15%). The mean ESR and CRP were 51.18 ± 34.75 mm and 52.88 ± 48.19 mg/l, respectively. Bacilloscopy was positive in 38.81% and PCR BK positive in 66.67% of cases. Computed tomography was the most requested and performed diagnostic imaging (92.86%). The soft tissue abscesses were located respectively on imaging (CT scan/MRI) in the paravertebral soft tissue (96.58%/94.59%), in the epidural space (10.25%/16.21%) and in the retrotracheal area (0.42%/2.70%). The associated tuberculous attacks (11.88%) were visceral (87.12%) in particular pulmonary (70.37%). The mean duration of anti-tuberculosis treatment was 12.39 months with a cure of 94.64%. Young adulthood (p = 0.00), late diagnosis delay (p = 0.01), gibbosity (p = 0.00), neurological compressions (p = 0.00), biological inflammatory syndrome (CRP; p = 0.0034) and dorsal (p = 0.001) and lumbar (p = 0.01) topographies were significantly associated with soft tissue abscesses.
Conclusion: Soft tissue abscesses are common in tuberculous spondylodiscitis in Abidjan and affect young adults. It manifests as spinal syndrome with tuberculous impregnation signs. They were located in the paravertebral muscles. Factors associated with soft tissue abscesses are: young adults, late diagnosis delay, gibbosity, neurological compressions, biological inflammatory syndrome and dorsal and lumbar topography.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Monsieur Christian Maucler Pamatika Séroprévalence de l’immunité et de la primo-infection de la rubéole à Bangui en Centrafrique. A propos de trois années d’étude au Laboratoire National de Biologie Clinique et de Santé Publique
C.M. Pamatika, C.D. Mossoro-Kpinde, M. Mbeko-Simaleko, G. Nembi, E. Kalthan, E. Fandema, R. Doyama, G. Piamale - Centrafrique - pages 295-302


X

Monsieur Christian Maucler Pamatika Séroprévalence de l’immunité et de la primo-infection de la rubéole à Bangui en Centrafrique. A propos de trois années d’étude au Laboratoire National de Biologie Clinique et de Santé Publique Séroprévalence de l’immunité et de la primo-infection de la rubéole à Bangui en Centrafrique. A propos de trois années d’étude au Laboratoire National de Biologie Clinique et de Santé Publique  est évalué 1 étoiles

Auteurs : C.M. Pamatika, C.D. Mossoro-Kpinde, M. Mbeko-Simaleko, G. Nembi, E. Kalthan, E. Fandema, R. Doyama, G. Piamale - Centrafrique
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6905 - Mai 2022 - pages 295-302


Résumé

Objectif : Déterminer la séroprévalence annuelle et moyenne de l’immunité et de la primo-infection de la rubéole entre 2016 et 2018 à Bangui, République Centrafricaine.
Matériels et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée au Service d’immuno-sérologie du Laboratoire National de Biologie Clinique et de Santé Publique de 2016 à 2018. L’échantillon de l’étude était constitué de patients des deux sexes dont les données sérologiques étaient documentées. Les tests sérologiques des immunoglobulines de type M (IgM) spécifiques d’une primo-infection et de type G (anticorps), spécifiques de l’immunité ont été utilisés. Le logiciel Epi-Info 7 a été utilisé pour l’analyse des données avec un intervalle de confiance était de 95%.
Résultats : Au total 1777 échantillons ont été analysés dont 98,48% pour le sexe féminin. L’âge des patients varie de 08 mois à 86 ans. La séroprévalence moyenne de l’immunité contre la rubéole était de 24,92%. La séroprévalence moyenne de la primo-infection était de 9,47%. Les patients âgés de 50 à 59 ans étaient plus immunisés (33,33%) et plus touchés par la primo-infection (11,11%). L’immunité et la survenue de la primo-infection était significativement associée à l’année (p < 5%). L’âge assure un effet protecteur non significatif contre la rubéole (OR < 1 et p > 5%). Les personnes non immunisées ont 04 fois plus de risque de contracter la rubéole (OR = 4,14 ; IC [2,95-5,82] ; p < 5%).
Conclusion : La primo-infection de la rubéole est peu élevée à Bangui. L’immunité contre la rubéole est faible. L’introduction d’un vaccin anti-rubéoleux en Centrafrique permettra d’améliorer le niveau d’immunité.


Summary
Seroprevalence of immunity and first infection of rubella in Bangui in Central Africa: about three years of study at the National Laboratory of Clinical Biology and Public Health

Objective: To determine the annual and average seroprevalence of rubella immunity and first infection between 2016 and 2018 in Bangui.
Materials and methods: This is a retrospective study conducted in the Immuno-serology Department of the National Laboratory of Clinical Biology and Public Health from 2016 to 2018. The study sample consisted of patients of both sexes whose serological data were documented. Serological tests of immunoglobulins of type M (IgM) specific to a primary infection and type G (antibody), specific to immunity were used. The Epi-Info 7 software was used for data analysis with a confidence interval of 95%.
Results: A total of 1,777 samples were analyzed, of which 98.48% were for the female sex. Patients range in age from 8 months to 86 years. The average seroprevalence of immunity against rubella was 24.92%. The average seroprevalence of primary infection was 9.47%. Patients aged 50 to 59 were more immune (33.33%) and most affected by primary infection (11.11%). Immunity and the occurrence of primary infection was significantly associated with the year (p < 5%). Age provides a non-significant protective effect against rubella (OR < 1 and p > 5%). People who are not immunized are 04 times more likely to get rubella (OR - 4.14; IC [2.95-5.82]; p < 5%).
Conclusion: The first infection of rubella is low in Bangui. Immunity against rubella is low. The introduction of a rubella vaccine in the Central African Republic will improve the level of immunity.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Monsieur Guillaye Diagne Bronchiolite aiguë : aspects épidémiologiques, diagnostiques et évolutifs au CHU de Dakar, Sénégal en 2020
G. Diagne, I.D. Ba, P.S. Sow, K. Bop, I. Mejri, O. Ndiaye - Sénégal - pages 303-309


X

Monsieur Guillaye Diagne Bronchiolite aiguë : aspects épidémiologiques, diagnostiques et évolutifs au CHU de Dakar, Sénégal en 2020 Bronchiolite aiguë : aspects épidémiologiques, diagnostiques et évolutifs au CHU de Dakar, Sénégal en 2020 est évalué 2 étoiles

Auteurs : G. Diagne, I.D. Ba, P.S. Sow, K. Bop, I. Mejri, O. Ndiaye - Sénégal
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6905 - Mai 2022 - pages 303-309


Résumé

Introduction : La Bronchiolite Aiguë (BA) est une infection virale des voies respiratoires inférieures. C’est une infection épidémique, saisonnière, survenant chez les enfants de moins de deux ans. Elle constitue un véritable enjeu de santé publique. L’objectif de cette étude était d’évaluer les caractéristiques épidémiologiques, cliniques et évolutives de la BA chez les nourrissons âgés de 1 à 30 mois hospitalisés à l’hôpital d’enfant Albert Royer de Dakar, Sénégal.
Méthodologie : Nous avions mené une étude rétrospective descriptive et transversale sur une période de deux ans (du janvier 2018 à décembre 2019) au Centre National d’Enfant Albert Royer de Dakar.
Résultats : La fréquence hospitalière de la bronchiolite aiguë était de 2.24%. L’âge moyen était 6.95 mois avec des extrêmes entre 0.57 mois (17 jours) et 30 mois. La bronchiolite aiguë touchait essentiellement les nourrissons de sexe masculin, généralement de moins de 2 ans. Les consultations les plus fréquentes ont été retrouvées durant les mois de juillet, d’août et de novembre avec des proportions respectives de 12.12%, 12.88% et 12,12%. La Difficulté respiratoire et la toux étaient les principaux motifs de consultation chez nos patients. Les principaux signes retrouvés à l’examen sont la présence d’une détresse respiratoire avec des signes de lutte chez 79.55% des nourrissons, et la notion de syndrome d’obstruction bronchique chez 83.33%. Les facteurs de risques retrouvés sont la prématurité (8.33%) et la cardiopathie congénitale (22.45%). La radiographie pulmonaire a été réalisée d’emblée chez 87.88% des nourrissons. La corticothérapie a été prescrite chez 75.76% des nourrissons, les bronchodilatateurs chez 87.10%, l’antibiothérapie à hauteur de 84.85% et la kinésithérapie a était faite chez 53.79% des nourrissons. La durée moyenne d’hospitalisation était de 10 jours. La létalité était de 1,52 % soit 2 cas.
Conclusion : La bronchiolite aiguë du nourrisson reste toujours un problème de santé publique dans les pays en développement, les enfants de moins de 2 ans sont les plus touchés d’où la nécessité d’établir un protocole de prise en charge de la BA. L’identification des germes est indispensable dans le traitement et dans la surveillance épidémiologique dans nos régions.


Summary
Acute bronchiolitis: epidemiological, diagnostic and evolutionary aspects at the University Teaching Hospital of Dakar, Senegal in 2020

Introduction: Acute Bronchiolitis (BA) is a viral infection of the lower respiratory tract. It is an epidemic, seasonal infection occurring in children under two years of age. It constitutes a real public health issue. The objective of this study was to assess the epidemiological, clinical and evolutionary characteristics of acute bronchiolitis in infants hospitalized in Albert Royer national hospital of child in Dakar, Senegal.
Methodology: We conducted a retrospective descriptive and cross-sectional study over a period of two years (from January 2018 to December 2019) at the Albert Royer national hospital of child in Dakar.
Results: The hospital frequency of acute bronchiolitis was 2.24%. The average age was 6.95 months with extremes between 0.57 months (17 days) and 30 months. Acute bronchiolitis primarily affected male infants, usually under 2 years of age. The most frequent consultations were found during the months of July, August and November with respective proportions of 12.12%, 12.88% and 12.12%. Breathing difficulty and cough were the main reasons for consultation in our patients. The main signs found on examination are the presence of respiratory distress with signs of struggle in 79.55% of infants, and the notion of bronchial obstruction syndrome in 83.33%. The risk factors found are prematurity (8.33%) and congenital heart disease (22.45%). The chest x-ray was performed straight away in 87.88% of infants. Corticosteroid therapy was prescribed in 75.76% of infants, bronchodilators in 87.10%, antibiotic therapy 84.85% and physiotherapy was given in 53.79% of infants. The average length of hospital stay was 10 days. The lethality was 1.52% or 2 cases.
Conclusion: Acute bronchiolitis in infants remains a public health problem in developing countries, children under 2 years of age are the most affected, hence the need to establish a protocol for the management of BA. The identification of germs is essential in treatment and in epidemiological surveillance in our regions.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Docteur Faustin Atemkeng Tsatedem Place de la physiothérapie dans la prise en charge des lombalgies : Evaluation d’une cohorte de 57 patients suivis à l’Hôpital de district de Deido
T.F. Atemkeng, K.L.A. Temfack, F. Chu Buh, Y.B. Nkama, T.Y. Vomo - Cameroun - pages 310-316


X

Docteur Faustin Atemkeng Tsatedem Place de la physiothérapie dans la prise en charge des lombalgies : Evaluation d’une cohorte de 57 patients suivis à l’Hôpital de district de Deido Place de la physiothérapie dans la prise en charge des lombalgies : Evaluation d’une cohorte de 57 patients suivis à l’Hôpital de district de Deido est évalué 1 étoiles

Auteurs : T.F. Atemkeng, K.L.A. Temfack, F. Chu Buh, Y.B. Nkama, T.Y. Vomo - Cameroun
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6905 - Mai 2022 - pages 310-316


Résumé

Introduction : La lombalgie est un problème majeur de santé publique dans notre société. Malgré sa fréquence élevée, les données concernant cette affection et l'importance de la physiothérapie dans sa prise en charge sont rares à l'hôpital du district de Deido. L’objectif de la présente étude était d'évaluer l'effet de la physiothérapie sur les patients souffrant de lombalgies mécaniques dans l'unité de physiothérapie de l'hôpital du district de Deido.
Matériels et méthodes : Une étude descriptive et interventionnelle a été menée d'avril à juillet 2019, dans l'unité de physiothérapie de l'hôpital de district de Deido. Tous les patients référés par les médecins pour la physiothérapie ont été admis dans l'étude après leur consentement éclairé. Le protocole de kinésithérapie était le même pour tous les patients. Nous avons fait 15 séances pour chaque patient. Nos séances duraient 60 minutes et comprenaient des techniques telles que la neurostimulation électrique transcutanée (TENS), la thérapie infrarouge, le massage, le renforcement musculaire, la mobilisation et les tractions manuelles. Les données ont été recueillies sur un questionnaire puis analysées par Epi info 7.1.3.3.
Résultats : Nous avons eu 64 lombalgiques sur un total de 204 patients ayant consulté à la même période (31,37%). Nous avons eu 7 refus de participer aux séances et finalement 57 patients ont été colligés : 45 femmes et 12 hommes avec un sex-ratio de 3,75. La prévalence des lombalgies à l’unité de kinésithérapie a été de 31,37% durant notre étude (64/204). L'âge moyen était de 55,47 &plus 15,95 ans. Il y avait 24 ménagères sur 45 patientes (42,10%). L'indice de masse corporelle moyen était de 28,45 ± 4,7 [20-40] kg/m2, et 78,95 % (45/57) des patients étaient en surpoids. Les lombalgies chroniques étaient les plus fréquentes 37 (64,9%), suivies des aiguës 12 (21,03%) puis subaiguës 8 (14,03%). L’arthrose lombaire représentait l’étiologie la plus fréquente retrouvée chez 19 cas (33,33%). Nous avons eu : 30 douleurs intenses avant et 0 après traitement (p value inférieure à 0,05), une augmentation significative de l'indice de Shöber (p = 0,0000010148), une augmentation du nombre de patients pouvant toucher le sol de 15 à 33 patients (p = 0,00063893), une augmentation de l'angle auquel le test de Lasègue devient douloureux de 55,96° ± 24,46 à 67,19° ± 20,35 (p = 0,01). Satisfaction : 56 sur 57 (98,25%) patients étaient satisfaits du soulagement de la douleur et des séances de physiothérapie.
Conclusion : La kinésithérapie est utile dans la prise en charge globale des lombalgies et doit être fortement recommandée.


Summary
Place of physiotherapy in the management of low back pain. Evaluation of a cohort of 57 patients followed at the District Hospital of Deido

Introduction: Low back pain is a major public health problem in our society. Despite its high frequency, data concerning this condition and the importance of physiotherapy in its management is scarce in the Deido District Hospital. The purpose of the present study was to evaluate the effect of physiotherapy on low back pain patients in the physiotherapy unit at the Deido District Hospital.
Materials and methods: A descriptive and interventional study was conducted from April to July 2019, in the physiotherapy unit at the Deido District Hospital. All the patients referred by physicians for physiotherapy were admitted in the study after their informed consent. The physiotherapy protocol was the same for all the patients. We did 15 sessions for each patient. Our sessions lasted for 60 minutes and included techniques such as trans cutaneous electric nerve stimulation (TENS), infrared therapy, massage, muscular reinforcement, mobilization, and manual tractions. The data were collected on a questionnaire and then analyzed by epi info 7.1.3.3.
Results: We had a prevalence of 31.37% (64 low back pain out of a total of 204 patients). We had 7 refusals to participate and considered 57 patients. We had 57 patients: 45 females and 12 males, sex-ratio 3,75. The mean age was 55,47 ± 15,95 years. 24 over 57 patients (42,10 %) were housewives. The mean body mass index was 28,45 ± 4,7 [20-40] kg/m2 and most of our patients were at least overweight 45(78,95%). Chronic low back pain was the most frequent 37 (64,9%), followed by acute 12 (21,03%) then subacute 8 (14,03%). Osteoarthritis was the most frequent cause with 19 cases (33,33%). We had 30 severe pain before and 0 after (p = 0,000), a significant increase in the Shöber Index (p = 0,000010148), an increase in the number of patients that could touch the floor from 15 to 33 (p = 0,00063893), an increase of the angle at which the Lasegue test become painful from 55,96° ± 24,46 to 67,19° ± 20,35 (p = 0,01) and 56 over 57 (98,25%) patients were satisfied with the pain relief and the physiotherapy sessions.
Conclusion: Physiotherapy seems to be helpful in global treatment of low back pain and should be strongly recommended.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Madame Aurélia Rakotondrainibe Facteurs endoscopiques et hémorragiques de chirurgie d’hémostase devant une hémorragie digestive haute non-variqueuse à Antananarivo, Madagascar
T.H. Avotsihoarana, A. Rakotondrainibe, A.T. Rajaonera, R.M. Ramanampamonjy, L.H. Samison, H.N. Rakoto Ratsimba - Madagascar - pages 317-324


X

Madame Aurélia Rakotondrainibe Facteurs endoscopiques et hémorragiques de chirurgie d’hémostase devant une hémorragie digestive haute non-variqueuse à Antananarivo, Madagascar Facteurs endoscopiques et hémorragiques de chirurgie d’hémostase devant une hémorragie digestive haute non-variqueuse à Antananarivo, Madagascar est évalué 1 étoiles

Auteurs : T.H. Avotsihoarana, A. Rakotondrainibe, A.T. Rajaonera, R.M. Ramanampamonjy, L.H. Samison, H.N. Rakoto Ratsimba - Madagascar
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6905 - Mai 2022 - pages 317-324


Résumé

Introduction : La survenue d’une hémorragie digestive haute non-variqueuse reste un événement potentiellement grave, pouvant parfois nécessiter un recours à la chirurgie et l’admission en réanimation. A défaut de traitement endoscopique à Madagascar, l’objectif principal était d’étudier les facteurs de risque de chirurgie des patients présentant une hémorragie digestive haute non variqueuse hospitalisés dans un service de réanimation à Antananarivo, ne disposant pas de matériel d’hémostase endoscopique.
Matériels et méthode : Dans une étude rétrospective de cinq ans, les dossiers des patients admis en réanimation chirurgicale du Centre Hospitalier Universitaire J.R. Andrianavalona, ayant présenté une hémorragie digestive haute non variqueuse explorée par fibroscopie œso-gastro-duodénale, a été effectuée. Le critère de jugement principal était le recours à la chirurgie en milieu de réanimation. Le test du Chi2, pour déterminer l’association entre le recours à la chirurgie et les différentes variables de l’étude ; une régression logistique pour ressortir les facteurs de risque de chirurgie, ont été les tests utilisés (SigmaPlot®13.0).
Résultats : Chez 1006 patients âgés de 46 ± 15 ans, à prédominance masculine (sex-ratio : 3,53), 26 patients ont bénéficié d’une chirurgie d’hémostase. Les facteurs de risque de chirurgie étaient le caractère actif de l’hémorragie [à l’endoscopie (OR = 33,37) et à l’évaluation de l’indice de choc (OR = 3,73)] tout comme le score de Rockall pré endoscopique supérieur ou égal à 1 (OR = 3,63) et post endoscopique supérieur ou égal à 2 (OR = 3,24). La mortalité durant l’hospitalisation en réanimation a été de 1,69% et 30,77% des patients opérés sont décédés.
Conclusion : Devant la non-disponibilité de l’hémostase endoscopique, les critères cliniques et endoscopiques pourraient prédire une chirurgie d’hémostase au cours des hémorragies digestives hautes non-variqueuses. Aussi, il est important d’avoir les données endoscopiques au plus tôt pour pouvoir optimiser la conduite thérapeutique et dans l’avenir, de mettre à disposition l’hémostase endoscopique.


Summary
Endoscopic and hemorrhagic factors of hemostasis surgery in case of non-varicose upper digestive hemorrhage in Antananarivo

Main aim: The apparition of an upper gastrointestinal bleeding remains life-threatening. Sometimes, an admission to an intensive care unit or a hemostasis procedure is necessary. The main aim of the study was to assess the risk factors for surgery in patients with non-varicose upper gastrointestinal bleeding hospitalized in an intensive care unit in Antananarivo that does not have endoscopic hemostasis equipment.
Materials and method: In a five-year retrospective study (2012-2016), the records of patients admitted to surgical intensive care at the JR Andrianavalona University Hospital Center, Antananarivo, who presented non-variceal upper gastrointestinal bleeding (NVUGIB) explored by upper digestive endoscopy (UDE), was performed. The primary endpoint was the indication of hemostasis surgery in intensive care. The used tests were: Chi2 test to assess the association between the use of surgery and the different variables in the study; and the logistic regression to highlight the risk factors for surgery (SigmaPlot® 13.0).
Results: In 1006 predominantly male patients (sex-ratio: 3.53), aged 46 ± 15.7 years, 26 underwent hemostatic surgery. Risk factors for surgery were the active NVUGIB [on endoscopic visualization and shock index assessment (OR = 33,37 and OR = 3,73 respectively)] as well as pre-endoscopic Rockall score ≥ 1 and post-endoscopic Rockall score ≥ 2 (OR = 3,63 and OR = 3,24 respectively). A mortality of 1.69% was found of which 30,77% of operated patients died.
Conclusion: Faced with the unavailability of endoscopic hemostasis, evaluating the risk factors for the use of surgical hemostasis is interesting, prompting a better assessment of the endoscopic characteristics and the active nature of the bleeding.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Monsieur Oumar Kampo Investigation d’une épidémie de coqueluche à Sikasso, Mali, 2020
OM. Kampo, O. Sangho, N. Telly, O.B. Togola, Y. Ballayira, A. Kone, B. Traore - Mali - pages 325-332


X

Monsieur Oumar Kampo Investigation d’une épidémie de coqueluche à Sikasso, Mali, 2020 Investigation d’une épidémie de coqueluche à Sikasso, Mali, 2020 est évalué 1 étoiles

Auteurs : OM. Kampo, O. Sangho, N. Telly, O.B. Togola, Y. Ballayira, A. Kone, B. Traore - Mali
Publié en Français dans Médecine d'Afrique Noire 6905 - Mai 2022 - pages 325-332


Résumé

Introduction : Début mars, l’alerte est donnée par l’unité de pédiatrie du centre de santé de référence de Sikasso, face à un cas suspect de coqueluche. La coqueluche fait partie des maladies évitables par la vaccination. La détection d’autres cas a mis en évidence, selon le diagnostic clinique, 32 cas suspects groupés dans une même concession entre février et mars 2020. Nous avons mené une investigation dont les objectifs étaient de décrire les cas, de rechercher les cas supplémentaires et mettre en œuvre des mesures de contrôle de l’épidémie.
Méthodes : Nous avons mené une étude descriptive en mars 2020. Un cas de coqueluche était toute personne, présentant une toux paroxystique, avec ou sans vomissements, fièvre, dyspnée ou éternuement, habitant de Sanoubougou I, de février à mai 2020. Nous avons défini "un cas complètement vacciné" comme toute personne qui a reçu 3 doses du vaccin anticoquelucheux, à la 6ème, 10ème et 14ème semaine ; les moins de 3 doses comme les "cas incomplètement vaccinés" et les "non-vaccinés" par l’absence totale de vaccination anti-coquelucheuse. Nous avons effectué une recherche active de cas, recueilli les données en utilisant un questionnaire. Les données ont été analysées en temps, lieu et personne. Les fréquences et les taux ont été calculés.
Résultats : Nous avons eu 23 cas dont 0 décès, sur 36.093 habitants (taux d’attaque : 6/10.000). L’âge médian était de 3 ans (11 mois-7 ans), et le sexe féminin était de 15 cas (65,22%). Un seul enfant était complètement vacciné ; 16 (69,57%) incomplètement vaccinés. Les malades ont été traités avec de l’érythromycine. Le vaccin "Penta" a été administré aux non-malades. Une sensibilisation sur l’importance de la vaccination été faite dans le District sanitaire.
Conclusion : L’épidémie a été brève, 1 mois. Sa survenue chez des enfants majoritairement d’origine étrangère, non-vaccinés, malgré une bonne couverture vaccinale de l’aire de santé relance la problématique du monitorage des ménages.


Summary
Investigation of a pertussis epidemic in Sikasso, Mali, 2020

Introduction: At the beginning of March, the alert was given by the pediatric unit of the Sikasso referral health center, after receiving a consultation with a 5-year-old girl suspected of whooping cough. Whooping cough is one of the vaccine-preventable diseases. The detection of other cases was carried out to put in place control and prevention measures. The clinical diagnosis brought to light 32 suspected cases grouped together in the same concession between February and March 2020. We carried out an investigation whose objectives were to describe the cases, to find the additional cases and to implement control measures epidemic.
Methods: We conducted a descriptive study in March 2020. A case of pertussis was any person, presenting a paroxysmal cough, with or without vomiting, fever, dyspnea or sneezing, inhabitant of Sanoubougou I, from February to May 2020. We defined "a case fully vaccinated" as any person who received 3 doses of pertussis vaccine, in the 6th, 10th and 14th week; less than 3 doses such as "incompletely vaccinated cases" and "unvaccinated" due to the complete lack of pertussis vaccination. We did an active case search, collected data using a questionnaire. The data was analyzed in time, place and person. Frequencies and rates have been calculated.
Results: We had 23 cases including zero deaths, out of 36,093 inhabitants (attack rate: 6 / 10,000). The median age was 3 years (11 months-7 years), and the female sex was 15 cases (65.22%). Among the cases, only 1 was fully vaccinated, 16 (69.57%) incompletely vaccinated. The patients were treated with Erythromycin. The "Penta" vaccine was administered to non-sick people. Awareness-raising on the importance of vaccination was carried out in the Health District.
Conclusion: The epidemic was brief, 1 month. Its occurrence in children mainly of foreign origin, unvaccinated, despite good vaccination coverage in the health area, raises the issue of household monitoring.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.




Acheter le N° 6905 - Mai 2022

Version papier uniquement

1. Choisissez votre zone de livraison

2. Votre statut

2. Votre offre


Article ajouté au panier avec succès





Accès direct aux sites APIDPM :

Revue, rubriques de formation continue,
Annonces de congrès, actualités...

Médecine d'Afrique noire électronique
Médecine du Maghreb électronique
Odonto-Stomatologie électronique
Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments

PACKS JETONS

Découvrez nos offres Packs jetons - Plus d'infos

ABONNEMENTS

Découvrez notre offre d'abonnement à nos revues - Plus d'infos

CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous

APIDPM Santé Tropicale

Qui sommes-nous ?

Conditions générales



APIDPM est éditeur de sites médicaux :


Médecine d'Afrique noire électronique Médecine du Maghreb électronique Odonto-Stomatologie électronique Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments