Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Des opérations cardiaques en souffrance - 22/10/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les couches de personnes vivant dans la plus grande précarité, vulnérabilité et les difficultés, sont nombreuses. Les enfants en font partie. «Trente et un en­fants malgaches attendent une évacuation à l'étranger pour bénéficier d’une opération à cœur ouvert », a annoncé Nivo Ramamonjisoa, membre de Médecins du monde (MDM) à Madagascar, hier, durant la célébration du 20e anniversaire de cet OGN international.

Ce chiffre pourrait connaître un grand boom si les « problèmes de coeur des cinq enfants sur mille chaque année dans la Grande Île se compliquent et nécessitent une opération à coeur ouvert », selon Nivo Ramamonjisoa.

Ainsi, Madagascar ne dispose pas encore ni d'équipement ni de personnel qualifié pour effectuer cette opération à coeur ouvert.

Coût exorbitant

« La Grande Île n'a qu'un centre de santé permettant de mener une opération du cœur mais fermé via par le dos dont le coût est estimé à 26 000 euros. Et l'opération du cœur des enfants demeure un domaine assez délicat », explique le médecin. Léontine Marie Vololoniaina, fille ainée d'une famille paysanne à Manjakandriana, fait partie des enfants victimes de cette maladie du cœur et dont le traitement est exorbitant. « J'ai commencé à avoir un problème de respiration conjugué à des toux incessantes à l'âge de 10 ans. La surprise fut grande chez mes parents quand les médecins leur ont conseillé de poursuivre le traitement à l'étranger, c’est-à-dire une opération à cœur ouvert», relate- t-elle. Pour contourner cette intervention à l'extérieur, tous les moyens notamment financiers ont été alors déployés par la famille pour la sauver. « Nous avons vendu nos zébus et nos rizières pour me soigner sans avoir de résultat probant. Ce sont les médecins des hôpitaux publics qui nous ont conseillés de frapper à la porte des MDM », enchaîne Léontine Marie Vololoniaina. Bénéficiant d'une évacuation à La Réunion en 1997, cette mère de deux enfants peut désormais s'occuper de sa famille dans de meilleures conditions. Mais sa vie aurait pu prendre une autre tournure. « Les enfants au sein du service pédiatrique nécessitant une intervention chirurgicale employant de la technicité, les prisonniers et les communautés victimes de cyclones sont parmi les couches vulnérables et délaissées, font partie des premières préoccupations des MDM », conclut Catherine Courtin, coordinatrice générale des MDM.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !