Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Le tétanos menace 42 districts - 09/12/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les femmes enceintes négligent le vaccin antitétanique pourtant obligatoire. À Antananarivo, 39% d'entre elles le font. La santé maternelle menacée. Les femmes enceintes représentent 4% de la population totale. La plupart d'entre elles n'effectuent pas la vaccination contre le tétanos.

Selon le service de vaccination, on trouve dans quarante-deux districts dont Antananarivo-ville, Antsirabe I, Toamasina I, Vohipeno, Vangaindrano, Soanierana Ivongo,...des cas de tétanos maternel et néonatal. Des femmes et bébés meurent à l'accouchement. « Il est encore difficile de sensibiliser les femmes à accoucher dans les cen­tres de santé ou dans les hôpitaux. Beaucoup d'autres, même en ville, ignorent la nécessité de la vaccination pendant la grossesse », avance le docteur Ratoto, adjoint technique au sein du service de la vaccination.

Élimination

Pour certaines, la religion a aussi sa part. Le chef d'établissement du service de gynécologie obstétrique de Befelatanana, le professeur Hery Rakotovao, a révelé que « 60% des femmes accouchent en dehors de l'hôpital alors que c'est là qu'elles sont les plus exposées au risque du tétanos ». Elles ne sont pas les seules entraves à cette non-vaccination.

Certaines zones ont aussi des difficultés d'accès à la vaccination par manque de centre de santé (CSB) mais il y a aussi les zones enclavées qui sont oubliées. « L'état, par l'appui de l'Unicef importe 1 300 000 doses de vaccin antitétanique (VAT) par an. Après le service de vaccination, il revient aux régions et districts de distribuer les vaccins dans les centres de santé et là où il n'y en a pas », poursuit le docteur Ratoto en ajoutant que depuis 2005, l'élimination du tétanos néonatal se poursuit dans ces districts à haut risque. Dans le service de gynécologie obstétrique de Befela­tanana, 20 femmes par jour font le VAT. La vaccination suit un calendrier et selon le major Justine Rasolofoarisoa, une femme doit faire cinq VAT pour une protection à vie. « Le premier vaccin se fait au quatrième mois de grossesse. Le deuxième un mois après, six mois pour le troisième. Le quatrième s'effectue un an plus tard et de même pour le dernier », explique t-elle. La vaccination doit continuer même après la grossesse si la femme n'a pas fait les cinq. Jusqu'à aujourd'hui, le vaccin antitétanique est le seul obligatoire pour toutes les femmes en âge de procréer surtout celles qui sont enceintes. Les autres vaccins comme l'antigrippe ne peut se faire qu'en cas d'épidémie.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !