Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

La lèpre, un fléau tombé dans l’oubli - 27/01/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'élimination de la lèpre dans la Grande Île s'avère difficile. Cette maladie silencieuse reste encore négligée. Le budget alloué par l'État pour atténuer, voire éliminer la lèpre reste insignifiant aujourd'hui. « En 2011, les bailleurs de fonds comme la fondation Raoul Follereau ou l'OMS ont octroyé un milliard 400 millions ariary pour l'achat de médicaments.

Le ministère de la Santé publique nous a alloué 30 millions d'ariary de budget de fonctionnement à la même année », a annoncé Randrianantoandro Andria­mira, chef de service de lutte contre la lèpre, hier, lors de la présentation du programme de la célébration de la journée mondiale des lépreux à Ambohidahy.

Impacts de la négligence

Les impacts de cette négligence de la lutte contre la lèpre sont nombreux. « Le nombre de personnes détectées et considérées positives de la lèpre était de 1 369 en 2011 contre 2 521 en 2010. Le nombre de personnes à détecter devrait être pourtant doublé », ajoute le chef de service de lutte contre la lèpre. Il faut un investissement assez conséquent pour inciter les gens à se faire détecter. « Auparavant, les agents du ministère de la Santé se déplaçaient dans les villages pour effectuer une détection des maladies de la peau. Dernièrement, ce projet a été suspendu. Il est pourtant essentiel d’approcher les gens qui souffrent de maladie de la peau, pour inciter les lépreux à se faire soigner. Car ceux-ci se considèrent parfois comme des victimes de malédiction et n'osent pas se montrer en public », explique Randria­nantoandro Andriamira. L'éradication de cette maladie, dans la Grande île, reste un grand défi. « La lèpre ne ressemble pas à d'autres maladies contagieuses. La tuberculose se manifeste après quelques jours tandis que la lèpre peut ne se manifester que trois à 15 ans après la contamination. Et durant ce laps de temps, elle pourrait affecter beaucoup de personnes », avertit le chef de service de lutte contre la lèpre.

Face à cette situation préoccupante, Johanita Ndahi­mananjara, ministre de la Santé publique, ne peut que rassurer l'opinion. « Le ministère travaille pour sensibiliser les gens à se faire détécter dans les centres de santé. Les médicaments sont encore disponibles. Nous avons un stock pour traiter 2 052 malades et des médicaments pour soigner 1 000 cas de complications », rassure la ministre de la Santé publique.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !