Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Les antirétroviraux en rupture partielle - 09/06/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« Faute d'approvisionnement régulier des antirétroviraux, les personnes vivant avec le VIH/SIDA (PVVIH) sont contraintes de revenir tous les trois jours chez nous. Certaines d'entre elles, trop occupées par leur travail quotidien, ont cessé de prendre des ARV depuis deux jours, à cause de ce problème. Pourtant nous avons fait pari de réduire la transmission de ce virus », se plaignait Hanta Razafiarimanana, responsable de la prise en charge psycho-sociale, au centre de santé Sisal, hier aux 67ha.

Mais il n'y a pas que ce centre qui souffre de cette rupture d'équipement pour lutter contre la transmission du VIH/SIDA. « Nous n'avons pas reçu le réactif pour dépister le SIDA depuis plus d'un mois. Nous avons également envisagé de prendre en charge les PVVIH, mais à cause de cette rupture, le projet n'est pas encore concrétisé », a relaté Hervé Rabeson, chef de service médical au sein du Bureau municipal d'hygiène d'Antananarivo.
Les premiers responsables se rejettent mutuellement la faute, en le mettant sur le dos de SALAMA. « Nous sommes mandatés pour effectuer l'achat des ARV et d'autres matériels pour lutter contre le SIDA. Ils sont déjà à Madagascar, mais attendent le dédouanement par l'État. Cette rupture partielle est due également au problème de quantification du nombre des médicaments utiles et le délai de commande. Nous n'avons reçu la commande qu'au mois de mai. Pourtant, il faut attendre deux à trois mois avant qu'ils arrivent à Madagascar », a expliqué Tahina Andrianjafy, directeur général de Salama.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !