Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

La rage : environ 7 000 personnes victimes par an - 30/09/2012 - La gazette de la grande île - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La rage reste encore une maladie publique dans le monde entier. Malgré l'existence du vaccin à titre préventif, plusieurs personnes souffrent de cette maladie. Selon les données de l'Organisation mondiale de la santé (Oms), 50 000 personnes décèdent de la rage tous les ans, dont la moitié des victimes sont les enfants dans les pays en développement.

Ce qui signifie que la rage est une maladie qui nécessite suivi de près. Sinon, la personne victime risque de mourir après 3 mois, au plus tard une année après la morsure. Ce qui signifie après les signes cliniques de la rage.

Selon le Dr Emilie Ramahefalalao, au service Point focal rage auprès du ministère de la Santé publique lors de la célébration de la journée international contre la rage hier à l'Espace Dera, " la plupart des cas dans la Grande Ile sont dus aux morsures ou griffures des chiens. Mais on pourrait avoir la maladie à travers des léchages des animaux ou de plaie ou muqueuse. D'autres animaux à sang chaud peuvent aussi être l'origine de cette maladie comme le chat, le maki, le fosa, le rat, la chauve souris,…Selon les prélèvements post exposition, le ministère enregistre près de 7 000 personnes ayant la maladie de la rage par an, dont 5 à 6 personnes décédées. A cet effet, Toamasina, Moramanga et Vakinankaratra sont les régions les plus victimes de la maladie ".

Pendant le premier semestre de cette année, le ministre a identifié 8 cas de rage humaine, dont 3 biologiques et 5 cliniques. Sur 84 animaux prélevés (79 chiens et 5 chats), 68 des animaux mordeurs, dont 64 sont positifs.

La rage est toujours fatale. C'est la raison pour laquelle, les médecins Emilie Ramahefalalao et celle de l'Institut Pasteur de Madagascar, lors de la célébration, incitent la population locale à être prudente. De plus, les enfants, les employés dans les laboratoires et aussi les gardes forestiers doivent effectuer le vaccin préventif, le vaccin antirabique, car ils sont plus exposés au danger. Sinon, les personnes victimes de la morsure ou autres, sont incités à voir les centres médicaux pour suivre les soins nécessaires.

Rappelons que la rage a été détectée dans la Grande Ile en 1890, 2 ans après l'ouverture de l'Institut Pasteur. Ce dernier est d'ailleurs le seul laboratoire qui détecte le virus rabique. Mais plusieurs centres de traitements antirabiques existent partout dans le pays, repartis dans les régions. Ils peuvent accueillir et soigner les malades.

R.V.

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !