Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Mortalité infantile : sensibiliser les matrones et les tradipraticiens - 12/12/2012 - La gazette de la grande île - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La mortalité maternelle demeure un problème majeur de santé mondiale pour lequel on enregistre peu ou pas de progrès dans de nombreux pays. Madagascar fait encore partie de ces pays qui doivent faire face aux problèmes de santé publique. La communauté internationale est mobilisée autour de cette question et de nombreuses initiatives sont en cours.

Actuellement un débat porte sur le rôle des tradipraticiens et des matrones dans la lutte pour la réduction de la mortalité maternelle et néonatale. La réduction de la mortalité maternelle et néonatale est au cœur même du mandat du Fonds des Nations Unies pour la Population. L’UNFPA et ses partenaires dont le Ministère de la Santé Publique s’emploient à faire en sorte que chaque grossesse soit désirée, chaque accouchement sans danger et le potentiel de chaque jeune réalisé. À Madagascar, les principaux indicateurs liés à la santé maternelle et néonatale demeurent préoccupants. En effet, selon l’enquête démographique de santé IV, le taux de mortalité maternelle est de 498 pour 100 000 naissances vivantes. Dans le pays, seuls 35% des accouchements ont lieu dans des formations sanitaires et seuls 44% des accouchements sont effectués par du personnel qualifié. A Madagascar, des femmes continuent de perdre la vie en la donnant. Le taux de la mortalité maternelle s’élève à 498 pour 100,000 naissances vivantes. Seul 35% des accouchements ont lieu dans des formations sanitaires et seul 44% des accouchements sont effectués par du personnel qualifié. Ces chiffres sont très alarmants et doivent nous pousser à redoubler d’ efforts pour inverser la tendance.

Les risques sont nombreux quant aux 2/3 des femmes qui accouchent à domicile sous l’assistance des matrones, des tradipraticiens. Les conséquences peuvent être nombreuses dans la mesure où des complications peuvent subvenir et parfois entrainer leur mort ou celle du nouveau-né. L’éloignement, le cout élevé des prestations de soins, la qualité de l’accueil, le manque de matériels médical adéquats et de moyens financiers des formations sanitaires sont des obstacles qui contribuent à la baisse du taux d’utilisation des formations sanitaires. Par ailleurs, la méconnaissance des signes de dangers, le retard de la prise de décision pour se rendre à la formation sanitaire ainsi que le retard de la prise en charge de la femme ne font qu’assombrir le tableau. Mais même si plus de 60% de la population vivent à plus de 5 kilomètres d’une formation sanitaire, 86% des femmes consultent un personnel de santé au moins une fois pendant la grossesse. Cela nous laisse penser qu’une grande majorité des femmes pourraient revenir pour accoucher dans les formations sanitaires. Or, la majorité des accouchements se font à domicile avec l’aide des parents, d’une voisine ou d’une accoucheuse traditionnelle. Un atelier sur la sensibilisation des tradipraticiens et des matrones de la région d’Atsinanana dans le but de combattre la mortalité maternelle et néonatale a eu lieu en effet à Tamatave pendant 3 jours.

NIR

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !