Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

La vente de médicaments illicites irrépressible ; Baovola Rajaosafara, présidente du CNLIM, interpelle l’opinion pour que cesse le commerce de médicaments illicites - 17/12/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les soins tendent vers une affaire de profane avec toutes les conséquences. La facilité d'accès aux médicaments en est l’une des causes. Acheter du Paracétamol ou du Diclofénac dans une épicerie. Chercher des comprimés de cytotec à Ambohipo. Ce sont des comportements « normaux » pour les gens, la société et l'État. Le rapport de l'atelier et la formation sur les médicaments, aux responsables centraux et régionaux vendredi, à Ivato semble les vérifier.

« L'ampleur du fléau (vente illicite de médicaments) est élevée. Mais il n'existe pas de statistique officielle ni de plainte formelle pour le vérifier. Si un décès survient après la prise de médicament acheté de façon illicite, il est qualifié de fatalité », a fait savoir le rapport du comité national de lutte contre le marché illicite de médicament (CNLMIM).

Connue de tous

« Tout le monde est au courant de l’infraction depuis des années. Mais les dirigeants successifs n'ont jamais osé prendre le taureau par les cornes », souligne le commissaire Jean Paul Rakotonarivo, membre du CNLMIM. Baovola Rajao­safara, présidente du CNLIM, tente d'apporter une explication plus scientifique, pour éclaircir la situation. « Le financement pour éradiquer ce fléau est insignifiant, alors que la vente est un système très complexe. Les gens et les autorités ont également peur de dénoncer leurs voisins. L'application des lois en vigueur reste aussi compliquée. En effet dès que l'affaire s'avère délicate, le texte devient ambigu », précise-t-elle. L'application d'une amende de 2 000 000 d'ariary à 50 000 000 d'ariary plus emprisonnement, d'un vendeur ou d'un pharmacien exerçant illicitement sa profession, reste une théorie.

Mais il existe d'autres contraintes « Ce sont les vendeurs illicites eux- mêmes qui viennent offrir leur service auprès des patients, habitant dans des zones enclavées. Ils pallient le manque cruel d'accès aux médicaments. L'arrestation de toutes ces personnes pourrait ainsi entrainer divers impacts », confie le commissaire de police. Mais le fond du problème pourrait venir également de l'État. « Nous sommes en train de concocter une opération pour démanteler le réseau d'Ambohipo. Mais le dernier mot revient toujours aux décideurs qui analysent l'opportunité de l'action suivant les contextes », enchaîne le commissaire Jean Paul Rakotonarivo.

Baovola Rajaosafara interpelle l'opinion, si une telle situation continue. « Tant que cette vente illicite existe, nous finirons un jour par acheter de l'eau bouillie à la place d'un vrai vaccin ou bien de la farine de manioc pour les antibiotiques, comme c'est déjà le cas dans différents pays africains », conclut la présidente du CNLIM.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !