Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Un contraceptif fait des victimes : un mari d’une femme victime d’injection contraceptive douteuse - 15/01/2013 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un abcès se déclare sur plusieurs femmes, après l'injection d'un contra­ceptif. La cause de cette infection reste encore floue. Il est 14 heures au Centre hospitalier de référence du district d'Itaosy. Setralalaina Andria­nandraina Raharison, un père de deux enfants, a finalement accepté de témoigner sur le dégât causé par l'injection de contraceptif sur sa femme, après une quinzaine de minutes de négociation.

« Je ne veux pas que mon visage soit reconnu. Ma femme attend encore son tour pour être opérée. Mais vous pouvez écrire mon nom, car je veux que les gens nous aident. Nous avons choisi le planning familial pour améliorer notre condition de vie. Mais l'abcès sur sa fesse après l'injection de contraceptif, l'a conduit à l'hôpital et rend notre vie très difficile en cette période de soudure », a t-il avancé avant de raconter leur histoire.

Le 14 décembre, Setra­lalaina Andrianandraina Raharison et sa femme,des habitués du centre de santé de base (CSB) d'Itaosy à la cité des Assureurs, ont poursuivi l'injection de contraceptif, pour gérer le nombre de leurs enfants. Mais quelques jours après l'injection, un abcès a commencé à apparaître sur la fesse de sa femme. « Nous sommes retournés au CSB pour la soigner. Le médecin nous a prescrit des médicaments. Mais malgré cela, l'infection n’a pas guéri. Nous avons dû ensuite changer de médecin », a relaté le père de famille de 26 ans. Mais ce changement de médecin tant espéré, n'a pas encore porté ses fruits. Le couple a ainsi décidé d'aller à l'hôpital d'Itaosy. « Nous sommes venus à l'hôpital Itaosy ven­dredi. Le médecin a programmé une opération pour demain (aujourd'hui). Mais la douleur et l'état de santé de ma femme m'ont contraint de l'amener ce-jour (hier) », a-t-il ajouté. À l'entendre, il a déjà dépensé 40 000 ariary pour soigner sa femme, frais de déplacement non compris, avant de l'amener à l'hôpital. Et il attend encore la liste des médicaments prescrits par le médecin. « L'argent dépensé pour soigner ma femme a déjà dépassé largement mes moyens. Je ne suis qu'un maçon et ma femme une ménagère. Ma famille qui s'occupe de ma petite fille de dix mois et mon fils de quatre ans, a déjà réclamé de l'argent pour les nourrir. Comment pourrais-je m'en sortir dans cette situation » se plaint-il.

Causes d’infection floues

Mais il n'est pas le seul à être dans le désarroi. Une quinzaine de personnes selon un responsable du district sanitaire de santé publique d'Atsimondrano et 80 personnes selon trois victimes de cette injection de contraceptif se sont trouvées dans la même situation. Un respon­sable du Centre hospitalier de référence du district d'Itaosy refuse par contre de dévoiler le nombre exact des patients soignés.

La cause de cette infection reste encore floue. « Nous avons effectué plusieurs injections le 14 décembre. Mais ce sont seulement les femmes qui ont reçu des piqûres de contraceptif, qui ont des problèmes. Elles étaient 52 à le faire mais seulement 15 d'entre elles sont revenues se plaindre », a expliqué un médecin du CSB d'Itaosy cachant son nom. Questionné sur la cause de cette infection, le responsable du district sanitaire de santé publique d'Atsimon­drano a avancé trois hypothèses. « Cette infection serait due soit à la qualité du médicament, soit au non respect d'hygiène, soit à la mauvaise technique de l'injection », avance le responsable. En attendant le résultat de l'enquête, le lot de ces contraceptifs a déjà été retiré par le district sanitaire de santé publique d'Atsimondrano.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !