Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Befelatànana : l'unité de soins intensifs du cœur saturée - 19/09/2013 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La capacité d'accueil en soins intensifs de cardiologie n’est que la moitié des demandes des patients. L'unité sollicite de l'aide à la fois de personnel et de matériel. La maladie du cœur touche beaucoup de personnes même s'il n'y a pas de statistique officielle. Jusqu'à présent, l'hôpital Joseph Raseta de Befelatànana (HJRB) est le seul établissement hospitalier public possédant une unité de soins intensifs en cardiologie (USIC).

Il dispose d'un moniteur de surveillance paramétrique qui permet de suivre l'évolution du taux d'oxygène, de la tension artérielle, du battement du cœur du (de la) patient(e). Ouverte depuis trois ans, l'USIC ne peut, toutefois, accueillir que quatre patients alors que la demande en est le double. L'hospita­lisation dépend de l'évolution de l'état des patients, mais en général, ces derniers y sont gardés pendant une semaine. Le traitement du cœur dure à vie.

« L'amélioration ou non de l'état d'un(e) patient(e) dépend de sa prise de médicaments et du suivi de son traitement. Mais en général, les malades du cœur prennent des médicaments à vie », a confirmé le Pr Solofo­nirina Rakotoari­manana, chef de service des soins intensifs en cardiologie à l'HJRB, lors d'un entretien avec la presse, hier.

Selon ce professeur, la capacité d'accueil n'est pas le problème de l'unité mais également le personnel médical, notamment les infirmiers et les spécialistes. Trois infirmiers travaillent avec le professeur qui est le seul spécialiste de l'unité.

Prévention

L'admission à l’USIC ne se fait pas gratuitement. Selon les patients, ils participent en moyenne à hauteur de 60 000 ariary par jour pour leur traitement, alors que dans les hôpitaux étrangers, il faut payer environ 36 millions d'ariary.

Les maladies cardio-vasculaires occupent la troisième cause de décès de la population mais la première maladie mortelle dans les hôpitaux.

L'hypertension artérielle qui touche 25% de la population âgée de plus de 18 ans, le cholestérol élevé et le tabagisme en sont les principales causes. Selon le professeur, la prévention constitue le meilleur remède. Il conseille donc de faire une heure d'activité physique par jour, de consommer de la viande de poulet et de poisson ainsi que des fruits et légumes.

Pendant deux jours, à partir de demain, la Société malgache de cardiologie organisera des journées d'enseignement, d'information et de sensibilisation sur la santé cardiovasculaire à l'hôtel Carlton Anosy.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !