Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Les appareils orthopédiques en difficulté - 31/10/2013 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La fabrication d'appareillage orthopédique souffre d’une carence en maté­riaux et en techniciens. Les orthoprothésistes malgaches appellent à l'aide. Les techniciens orthoprothésistes se manifestent. Peu connus des personnes valides, ils sont les responsables de la conception, de l'adaptation et de la fabrication des prothèses orthopédiques. Hier, leur association (ATOM) a tenu leur troisième congrès, à l'amphithéâtre de l'hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona à Ampefiloha. Leurs difficultés dans la fabrication des appareils orthopédiques ont été étalées.

Ce sont surtout des difficultés en termes de ressources humaines et surtout matérielles et financières.

« Nombreux sont les obstacles qui gênent le travail des soixante-cinq techniciens orthoprothésistes à Madagascar. Pour faire un faux-pied, nous utilisons encore de la matière plastique, du caoutchouc ou du bois, alors qu'ailleurs, nos confrères le font avec des fibres de carbone. Par conséquent, chez nous, les personnes utilisatrices dépensent beaucoup d'énergie car c'est lourd, et certaines préfèrent même l'enlever », regrette Timon Norbert Randria­nasolo, technicien orthoprothésiste, également président de l'ATOM.

Et d’ajouter : « Ces matières premières modernes n'existent pas dans la Grande île. Aussi l'État devrait-il les importer parce que nous n'en avons pas les moyens. La plupart des centres d'appareillages sont rattachés aux centres hospitaliers universitaires, d'où leur faible budget. »

Accidents divers

Les personnes handicapées qui représentent 10% de la population, ne sont pas les seules à avoir besoin des appareils orthopédiques. Certaines malformations comme le pied plat ou les conséquences d’accidents, de faux-mouvements et de batelages le nécessitent également, mais rares sont ceux qui ont les moyens de l’acquérir. Les techniciens révèlent toutefois que le coût des appareils qu’ils fabriquent, varie de 5 000 ariary pour la semelle orthopédique à 270 000 ariary pour les prothèses.

Dans l'optique « Ensem­ble, on peut surmonter les obstacles au développement de la réadaptation fonctionnelle », l'ATOM appelle l'État à revaloriser la fonction de ses membres en rouvrant la formation des techniciens orthoprothésistes à l'Institut de formation des paramédicaux à Mahamasina et à appuyer matériellement et financièrement les centres d'appareillages orthopédiques, afin que tous les nécessiteux puissent y avoir accès.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !