Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juin 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

La lutte contre le paludisme reste un challenge - 07/11/2013 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Quand le paludisme cessera t-il de faire des victimes ? Du chemin reste à parcourir, selon des chercheurs, pour atteindre cet objectif. Le paludisme risque d'être un éternel problème de santé important à Madagascar. Telle pourrait être la synthèse de la présentation des résultats de recherche menée par le docteur Dolorès Pourette, chercheuse à l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et son équipe, hier à Analakely. Une conférence débat qui entre dans le cadre du cycle de conférences organisé par l'Institut français de Madagascar et l'IRD, dont le thème est axé sur « Le paludisme à Madagascar. Représentations et pratiques ».

« La problématique dans la lutte contre le paludisme demeure la résistance humaine », a lancé le professeur Christophe Rogier, directeur de l'Institut Pasteur de Madagascar, avant d'entrer dans le vif du sujet. Les exemples avancées par le docteur Dolorès Pourette afin d'illustrer ce propos semble édifiants. La plupart des trois mille foyers enquêtés dans quatre localités ont répondu que les campagnes d'aspersions intradomicilaires (CAID) constituent un moyen pour éliminer les puces et les cafards, mais non pas le vecteur du paludisme. Quelques personnes ont également avancé que le CAID est inefficace pour lutter contre le palu.

Manque à la base

« Les gens ont seulement accepté les aspersions intradomicilaires, car c'est un ordre venu des autorités », a-t elle souligné. Bon nombre de
personnes enquêtées connaissent l'utilisation de moustiquaires, mais en ignorent les consignes d'utilisation. Quant au traitement préventif intermittent, peu de femmes affirment y avoir recours. La rupture de stock dans les centres de santé et la méconnaissance du nom de médicament n'arrangent pas non plus la situation. « Les gens effectuent l'automédication ou se tournent chez les tradipraticiens, avant d'aller dans un centre de santé pour soigner le palu. Cette étape peut durer cinq jours, parfois trop tard pour sauver des vies », indique le docteur Dolorès Pourette.

Le rôle des agents communautaires dans la lutte contre le palu laisse aussi à désirer. « J'ai été stupéfaite quand un agent de santé dans le district de Moramanga m'a demandé un paracétamol pour soigner son enfant contre le palu. Les agents communautaires ne sont pas d’un grand secours pour les patients », souligne toujours la chercheuse de l'IRD.
Il faut refaire, selon le professeur Christophe Rogier, une vraie évaluation entre coût et efficacité afin de perdurer la lutte contre ce fléau. « Le vrai défi aujourd'hui est également l'accès au soin et au traitement. Mais l'éducation et la sensibilisation des gens restent la clé pour une prise de conscience généralisée sur le danger de cette maladie », conclut-il.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !