Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le SIDA (ADCS /PMPS) : Le dépistage mobile, pour la seconde phase - 09/12/2006 - Madagascar tribune - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

“Ne jamais reculer !” L’Association pour le développement culturel et social (ADCS), dont le siège se trouve à Analamahitsy Cité, entre depuis le 4 décembre dernier dans sa deuxième phase d’action dans le cadre de la lutte contre les IST/VIH-SIDA. “Le dépistage mobile sera notre principale activité, souligne la responsable du volet Social, Mireille Ramalalaniaina. En fait, hormis la sensibilisation et les informations, le but est d’amener la population à un changement de comportement”.

Connaître son statut

Durant la première phase, l’ADCS a axé leurs descentes sur les fokontany d’Analamahitsy Tanàna, Cité et Androhibe. Sur les 320 personnes dépistées volontairement, aucun cas de séropositivité n’a été décelé. A peu près un millier, dont la plupart sont des jeunes, ont reçu les équipes qui ont essayé de convaincre que la maladie existe bel et bien et qu’il faut s’en préserver. “On a rencontré certains problèmes, comme avec ceux qui signent qu’il leur est formellement interdit de verser ou de se verser du sang”. Mais la sensibilisation s’est avérée quand même possible ave le partenariat avec les jeunes adventistes qui opèrent dans les zones. “Il leur a fallu expliquer que le sang demandé pour le dépistage volontaire est d’un d’une proportion minime, et de deux qu’il ne sert qu’à vérifier leur statut sérologique”.

Assumer si...

Durant le lancemernt officiel de la deuxième phase, hier, le CSB II d’Analamahitsy a procédé à un test de dépistage rapide. Jusqu’à 11 heures, il y eut 15 volontaires, presque tous des jeunes gens.
Jean Ferdinand Ramamonjisoa, 20 ans, employé main-dœuvre, s’est fait dépisté parce qu’il a peur. « Peur d’attraper la maladie. Je sais que “ça” se trouve dans la tête, alors je veux avoir le cœur net ».

Concrètement, ils sont trois ou quatre à penser que le fait de se faire dépister les protège de contracter le SIDA. “C’est dire que les informations sont souvent mal conprises. Mais l’important c’est que le counselling précède l’acte de dépistage et redresse la mésinformation”, dit Mireille Ramalalaniaina.

Analamahitsy a son centre de dépistage

Depuis six mois, le CSB II Analamahitsy a son centre de dépistage. Les femmes enceintes représentent la plus grande partie des dépistées volontaires. “Cela n’est pas évident, souligne le médecin chef, Saholy Lalao Rasoarimanga. D’autant plus que le plus souvent les partenaires ne sont pas vraiment convaincus de sa nécessité”.

Volana

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !