Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Quatre-vingt-quatre cas de peste répertoriés - 14/12/2013 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministère de la Santé publique confirme près d’une centaine de cas de peste dont trente-neuf décès dans cinq districts de l'île. Il en appelle à la prudence. Les feux sont rouges dans les districts de Mandritsara, Soanierana Ivongo, Ikongo, Ikalamavony et Tsiroanomandidy. L'épidé­mie de peste semble prendre de plus en plus d'ampleur.

Hier, la direction de la promotion de la santé (DPS) au sein du ministère de la Santé publique a confirmé que quatre-vingt-quatre cas de peste ont été répertoriés, dont trente-neuf décès jusqu'à jeudi, dans ces cinq districts.

Il s’agit de la peste bubonique, au départ, puis se transforme en peste pulmonaire transmissible d'une personne à une autre. « Le premier cas de décès est survenu au mois de novembre dans un village reculé, à 110 km plus une marche à pied de 40 km de la ville de Mandritsara. Le retard de la prise en charge et la méconnaissance des gens sur la mala­die ont poussé sa propagation dans d'autres villages », avance le docteur Carmen Randria­manampisoa, (DPS).
Le ministère assure que des équipes en partenariat avec l'Organisation mondiale de la santé et l'Institut Pasteur de Madagascar seraient déjà sur place pour prendre en charge les malades et toutes les personnes en contact avec eux.

Maîtrise difficile

Il sera, toutefois, difficile de maîtriser cette épidémie d'autant plus que la mesure de mise en quarantaine des villages concernés ne serait plus en vigueur, selon la même source. Ainsi, certains « pestiférés » continuent-ils à faire un marathon d'un village à un autre à la recherche d'un guérisseur ou d'un médecin alors que cette mobilité favorise la propagation de la peste. « Quand vous avez de la fièvre, des maux de tête, des ganglions, des toux avec expectorations teintées de sang, de la fatigue intense rapide... n'attendez pas un jour de plus, allez tout de suite chez le médecin parce qu'on peut très bien traiter la peste », interpelle le docteur Carmen Randriamanampisoa.

L'hygiène corporelle, vestimentaire, celle de l'habitation, des entourages et la capture des rats pour les brûler sont les meilleures préventions contre la peste. Avec les tonnes d'ordures et les saletés dans le canal Andrian­tany, il sera difficile pour les Tananariviens de prévenir ce fléau mortel qui semble se rapprocher d'eux après les cas identifiés à Tsiroano­mandidy.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !