Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Eau insalubre : Pour la Grande Ile, la diarrhée constitue la deuxième cause de mortalité (17%), notamment infantile, après le paludisme (35%) - 25/03/2006 - Midi Madagasikara - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un enfant meurt toutes les 15 secondes de maladies d’origine hydrique L’eau salubre est encore un bien de luxe, hors de portée et hors de prix, pour la majorité de la population mondiale. A Madagascar, par exemple, seulement 28,67% des Malgaches (dont 66% en milieu urbain et 46,1% dans les zones rurales) sont desservis en eau potable. Et dans le monde, plus d’un milliard de personnes, dont 400 millions d’enfants, en sont privés.

Dans le pays, l’eau courante n’est disponible que dans les quelque 66 villes desservies par la JIRAMA. Et encore, seulement, quelques familles peuvent se permettre d’avoir de l’eau courante à domicile. Les autres habitants utilisent donc les eaux puisées aux bornes fontaines et auprès de divers points d’eau (sources, cours d’eau, puits…), tandis que d'autres l'achètent auprès de vendeurs à des prix prohibitifs. Ce difficile accès à l’eau potable est source de plusieurs problèmes de développement et surtout de santé.
« Les maladies d’origine hydrique tuent un enfant toutes les quinze secondes et sont la principale cause sous-jacente de bien d’autres problèmes de santé et de la malnutrition qui sévissent dans le monde », déplore la DG de l’Unicef, Ann M. Veneman, en cette semaine consacrée à l’eau.

Pour la Grande Ile, entre autres, la diarrhée constitue la deuxième cause de mortalité (17%), notamment infantile, après le paludisme (35%). Les maladies hydriques sont courantes dans les familles aussi bien urbaines que rurales. La cause principale de cette situation est que ces ménages consomment essentiellement de l'eau puisée, peu sûre (du point de vue salubrité). Il se peut aussi que la contamination de l’eau se fasse durant son acheminement ou son stockage avant son emploi. Mais le vrai problème est que la plupart des familles, à cause du coût élevé du combustible pour chauffer l’eau, ne font pas bouillir l’eau à boire. Par ailleurs, peu d’entre elles ont recours au traitement simple et classique d’asepsie de l’eau (entre autres l’emploi du Sûr’eau) avant son utilisation. Il faut dire que le programme gouvernemental d'approvisionnement des populations en eau pure et sans danger, d'ici à 2020, est ambitieux. En effet, pour de nombreux citoyens, l’accès à l'eau pure et fiable reste encore un luxe.

Vola A.

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !