Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Drépanocytose - 06/04/2006 - Midi Madagasikara - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La LCDM a un an. Cet anniversaire sera marqué par deux journées de sensibilisation sur cette maladie génétique, les 8 et 9 avril prochains.

Un nouveau-né sur 100 frappé par cette redoutable maladie
« C’est comme si on me cassait les os avec un marteau-piqueur, ou encore, comme si un tremblement de terre ou un cyclone, agitait mon ventre, c’est le diable, l’enfer…». « Quand j’ai mal, et que la morphine ne me soulage pas, je demande au bon Dieu de venir me chercher. Oui, au ciel, on ne souffre pas ».
Ce sont les descriptions des manifestations de la drépanocytose ou l’anémie falciforme par un petit garçon et une autre fillette, tous deux atteints de cette maladie.

Non contagieuse
La douleur est le principal symptôme de la drépanocytose, et elle hante aussi bien les malades que leurs parents et leur entourage. C’est elle d’ailleurs qui justifie l’hospitalisation. Ces crises algiques sont des épreuves redoutées car l’idée de mort imminente est présente et provoque une certaine anxiété (nervosité, irritabilité, refus de mobilisation). A part la douleur, l’anémie et les infections sont également à craindre chez les drépanocytaires.
Etant une maladie génétique, la drépanocytose est non contagieuse. Elle est héréditaire et touche les globules rouges du sang. Elle pourrait atteindre aussi bien les filles que les garçons. Toutefois, un enfant ne peut être affecté que si ses deux parents sont transmetteurs, c'est-à-dire porteurs asymptomatiques du gène de la drépanocytose.

Dépistage gratuit
Mais en marge de cette définition, la drépanocytose est encore méconnue du grand public. C’est justement pour la démystifier qu’a été créée, en mars 2005, l’association LCDM (Lutte Contre la Drépanocytose à Madagascar). Pour marquer son premier anniversaire, la LCDM tiendra les 8 et 9 avril prochains des journées pour la prévention de la drépanocytose. Plusieurs manifestations, organisées conjointement avec Homéopharma, le Lion’s Club Vohitsara et les Laboratoires Sanofi Aventis, auront lieu pendant ces deux jours de la drépanocytose sur l’esplanade d’Analakely. En marge des diverses sensibilisations sur cette maladie, il y aura également des séances de dépistages gratuits du diabète, des troubles de la vision et de l’hypertension. Ces journées seront précédées d’une réunion et d’une séance de vaccination de vaxigrip d’une centaine de drépanocytaires, ce vendredi au Pavillon Sainte Fleur à l’HJRA.
Par rapport aux autres maladies génétiques, la drépanocytose est la plus répandue. En Afrique, elle concerne 1 nouveau-né sur 100.

Vola A.

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !