Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Analamanga : la diarrhée pour 20 % de la mortalité infantile - 08/05/2010 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Beaucoup d’enfants, dont ceux de la région d’Analamanga, meurent encore de la diarrhée. Bête noire des enfants. La diarrhée reste la principale cause de mortalité infantile dans la région d’Analamanga, en raison d’une déshydratation excessive. Outre les solutions habituellement adoptées, telles que les sels de réhydratation orale (SRO) et le Iray sy valo (1sy 8), un autre principe vient de s’y ajouter. « Ce n’est pas que les deux principes SRO et 1 sy 8 sont inefficaces, mais l’évolution de la technique fait qu’il faut y ajouter autre chose », déclare un médecin lors d’une séance de présentation à l’occasion de la Journée des médecins organisée par le Conseil régional de l’ordre des médecins (CROM) d’Analamanga, hier. « Pour empêcher le vomissement, il importe d’y ajouter du zinc, afin de booster la fonction immunitaire », a-t-il recommandé.

Les membres du CROM avancent que rien qu’en 2008, la diarrhée a causé 20,6 % de la mortalité infantile. Cette prévalence est de 13 % dans la région d’Analamanga, contre 6,7 % pour les infections respiratoires aiguës, dont la pneumonie. À tout cela s’ajoute le paludisme qui figure parmi les trois principales causes de décès chez les enfants de moins de 5 ans.

Automédication

« J’utilisais du 1 sy 8 quand ma fille cadette, maintenant âgée de 3 ans, tombait malade il y a deux ans, et ce sur recommandation du médecin. Depuis, je n’ai plus consulté de médecin, d’autant qu’elle n’a plus eu de problème de santé », raconte Vololona, employée d’une entreprise privée à Ankorondrano.

Comme pour la majorité des maladies, l’automédication est une pratique courante en matière de traitement de maladie. Ainsi, 25 % des parents ont recours à l’automédication dans la région d’Analamanga. Dans la plupart des cas, la prise d’antibiotiques est la plus remarquable comme moyen de traitement, avec un taux de 37,4 %. Par contre, les médecins d’Analamanga se réjouissent du fait que 55,8 % font usage du SRO et du 1 sy 8.

Malgré l’intensité de la sensibilisation, beaucoup de parents restent indifférents face à la pratique anti-diarrhéique. La statistique montre que 44 % d’entre eux ne sont pas attirés par ces moyens. Pire encore, 13,5 % des parents n’utilisent aucun moyen en cas de diarrhée. Comme tous leurs pairs praticiens, les membres du CROM incitent les patients à la prescription, afin d’éviter tout risque pour leurs enfants.

Stephane Solofonandrasana

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !