Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

La tuberculose reste chronique : le vaccin BCG est le remède préventif à la tuberculose, pourtant, il accuse des limites - 24/03/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La tuberculose est une des maladies transmissibles, voire mortelles, qui restent à éradiquer. Le traitement nécessite beaucoup d'attention et de patience. Les maladies respiratoires figurent parmi les trois premières causes de mortalité à Madagascar, après le paludisme et les diarrhées. Liée à la pauvreté, la tuberculose arrive en tête de ces maladies qui sévissent le plus. Elle serait la sixième cause de morbidité, et la quatrième de la mortalité hospitalière. Au niveau des centres de Santé, ces affections constituent également les principaux motifs de consultation.

Selon une source au sein du ministère de la Santé, 25 000 cas sont suspectés, chaque année, malgré la vaccination du BCG. Environ 17 000 de ces cas sont des tuberculoses pulmonaires et 8 000 extra-pulmonaires. Sur ces 25 000 cas, 15 000 sont les plus transmissibles. « Le BCG ne fait qu'atténuer la maladie. Dès l'enfance de 0 à 11 mois, il sert à prévenir la gravité de la maladie. Pour les adultes, la faiblesse des anti-corps aggrave le cas », avance le docteur Gabriel Ranjalahy, directeur du Programme national de la lutte contre la tuberculose au sein du ministère de la Santé. Les anti-corps seraient menacés surtout par l'insuffisance alimentaire, le travail dur, l'alcoolisme et la présence du VIH Sida dans le corps de l'individu.
Selon toujours le docteur, certains patients abandonnent le traitement, alors que ceci dure normalement huit mois. Dans les deux premiers mois, le patient serait sous traitement directement observé (en présence des personnels médicaux). Pour les six mois, le médecin lui prescrit des médicaments au quotidien, mais il pourrait rester chez lui. Malgré cela, un bon nombre de patients perdent la vie, sans atteindre les huit mois.

Le médecin poursuit.

« Peut-être que le patient décide sur le tard le traitement alors que le cas est déjà grave. La présence d'une autre maladie chez le patient fait aussi qu'il peut ne pas supporter le traitement », éclaircit-il. La tuberculose non traitée pourrait se transmettre à une douzaine de personnes, en une année. La journée mondiale de la Tuberculose est célébrée, aujourd'hui, au centre Akamasoa à Andralanitra. Le thème est « En route contre la tuberculose pour agir vite ». Une sensibilisation à la prévention, au dépistage de la tuberculose et à la continuation du traitement est au programme.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !