Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Maladies négligées : constat d’une triple négation - 22/04/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La société, l'État et les bailleurs de fonds négligent les maldies n'entraînant pas la mort à court terme et ne leur donnent pas assez d'importance. « Ainsi, les maladies négligées se définissent comme une mala- die qui ne devrait pas être mortelle et ne reçoit pas non plus d'importants investissements », a déclaré Yolande Rajaona Raoelina, directeur des urgences et des luttes contre les maladies négligées (DULMN), mercredi, à Analakely.

Les maladies provoquées par des parasites tels que la cysticercose, la bilharziose, la filariose lymphatique ou la puce chique entrent dans cette catégorie de maladie. « Ainsi, ces mala-dies provoquent notamment des séquelles mais ne tuent pas dans un laps de temps court » explique t-elle. La cysticercose entraîne de fréquents comas chez la personne infectée. Et la puce chique ou la filariose lymphatique modifie les membres des gens. « 752 personnes ont nécessité une opération en 2009 suite au gonflement de la lymphe dans la Grande Île » confie Yolande Rajaona Raoelina.

La négligence de l'hygiène constitue aussi le principal facteur favorisant ces maladies. « Car les flaques d'eau, l'inexistence de latrines et l'insalubrité facilitent le développement de ces parasites » souligne Yolande Rajaona Raoelina. La majorité des régions de Madagascar en abritent plusieurs. « Antananarivo et son agglomération s'avèrent les zones les moins épargnées par ces multiples parasites » décrit le directeur du DULMN.
Aussi, l'Organisation Mondiale de la Santé en collaboration avec le ministère de la Santé et d'autres bailleurs lanceront-ils une lutte préventive, grâce à la distribution de médicaments accompagnée d'une mobilisation sociale au mois de mai afin de lutter contre ces maladies.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !