Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Ar 500 000 pour une cysticercose : La prise de vermifuge est un des remèdes contre la prolifération des vers - 16/05/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les maladies dues aux vers divers restent fréquentes. Les traitements coûtent les yeux de la tête alors que pas mal de personne en sont touchées. Des millions d'ariary et un traitement de cinq ans pour la cysticercose. « Ce genre de vers peut arriver à tout le monde quels que soient son âge et son sexe », avance le docteur Randriamanga, responsable au sein du service de lutte contre les maladies endémiques-programme de lutte contre la cysticercose à l'institut d'Hygiène sociale à Analakely. Le fait de manger avec des mains non lavées après la toilette, l'excès de consommation de légumes verts, la non-utilisation de latrines laissant les saletés n'importe où,... sont les sources de la présence d'un ver appelé taenia qui est l'origine de la cysticercose.

Complications

D'après le médecin, ce coût peut augmenter au cas où le traitement rencontrerait des complications. « Une cysticercose placée dans l'œil d'une personne peut la rendre aveugle. Certaines personnes perdent même leur vie à cause de la persistance du ver dans leur cerveau », poursuit-il. Selon lui, le coût élevé du traitement est lié aux diverses étapes de soins que doit suivre le malade. « Il y a d'abord les analyses de sang pour connaître le fond de la maladie. Ensuite le scanner, sans oublier les médicaments que la personne doit prendre en charge », renchérit le médecin. Il a ajouté que les vers bloquaient aussi la croissance physique et mentale d’un enfant.

À part la cysticercose, un des vers très courants à Madagascar et qui, d'après les études du ministère de la Santé, est présent dans 98 districts sur les 119 existants est la filariose (maladie due à une filaire, ver dans les régions chaudes ayant la forme d'un fil, et qui vit en parasite de certains vertébrés). Elle est contagieuse par la piqûre de moustique et elle entraîne le gonflement des mains, des pieds et même des seins pour les femmes. Durant cette semaine, le ministère de la Santé a organisé une distribution gratuite de vermifuge (pour les enfants en âge d'étudier et les adultes) contre la bilharziose, la filariose, les vers intestinaux, le taenia et les puces chiques. Cette année, l'objectif est d'atteindre un taux de 85 % dans la prise de vermifuge.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !