Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Malformations congénitales : les cas de pieds bots augmentent - 24/05/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La tendance est à la hausse. Il n'y a pas un jour sans que personne ne vienne se faire traiter d'un cas de malformation congénitale. Au centre d'appareillage de Madagascar (CAM) à Befelatanana, 480 cas des pieds bots sont traités en une année, dont plus de la moitié nécessite une opération. La plupart des personnes qui en sont victimes sont des enfants de zéro à un an.

D'après le docteur Eugène Randriamalala, médecin orthopédiste, chef du centre d'appareillage de Madagascar, les pieds bots peuvent être héréditaires. Mais ils peuvent aussi provenir du fait que la mère s'assoit régulièrement pendant la période de grossesse surtout à partir de ses six mois. « Le bébé né d'une femme qui effectue le travail de bureau, de la couture, du commerce sont le plus exposé au risque des pieds bots », avance le docteur.

Long traitement

Sans être traités à la naissance, les pieds seront un handicap pour l'enfant tout au long de sa vie, limitant le genre de travail qu'il peut faire, l'empêchant de marcher correctement et/ou de porter des chaussures, ainsi que lui déformant le dos.

Les pieds bots nécessitent une longue durée de traitement. « À l'enfance, les soins sont plus faciles. Quand le cas devient grave, on doit recourir à une opération chirurgicale. Les soins peuvent durer pendant plus de deux ans avec la rééducation du patient », poursuit-il. Les frais des soins sont à la charge des parents. À l'hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona à Ampefiloha (HJRA), une famille venant de Miarinavaratra dans la région Amoron'i Mania se trouve en difficulté, en soignant leur fille d'un an, Olie Raherinantenaina. « On n'a rien payé pour l'opération. Pourtant, les médicaments et surtout le pansement qui nous coûte Ar 12 400 par séance posent problème. Le pansement doit être fait une fois tous les trois jours », se plaint Lydia Pascaline Ravakiniaina, la mère de l'enfant.

Pour éviter les pieds bots, le médecin conseille de faire les visites prénuptiales, équilibrer la durée de marche et la position assise pour les femmes enceintes. De son côté, le chef de service pédiatrie à l'HJRA, le professeur Lalatiana Andriamanarivo, conseille d'éviter la consanguinité, la prise de n'importe quelle tisane et/ou médicaments, l'exposition de la femme enceinte aux rayons.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !