Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Le tétanos reste à surveiller - 31/05/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le vaccin antitétanique est important chez les jeunes et les femmes enceintes. Le tétanos reste une maladie meurtrière, car cette infection, totalement évitable, fait toujours des victimes. Parfois les gens refusent la vaccination. Le tétanos, même devenu rare, n'a pas disparu et est responsable des décès de nouveaux-nés, chaque année. Selon les dernières statistiques, un nourrisson sur sept succombe à cause de cette maladie tous les ans.

En 2010, deux femmes meurent du tétanos à Antananarivo et deux autres à Maevatanàna et Tsaratanàna en 2009. « On a surtout besoin d'une bonne stratégie d'accessibilité pour convaincre les femmes de faire le vaccin antitétanique, surtout les citadines », avance le docteur Emma Rakotomanana, médecin Inspecteur d'Antananarivo. Depuis hier, pendant cette semaine, le ministère de la Santé, en collaboration avec l'Unicef, l'OMS et l'UNFPA a lancé la semaine de vaccination antitétanique pour les femmes en âge de procréer (15 à 49 ans) dans les 39 districts de Madagascar à haut risque. L'objectif général est d'éliminer le tétanos jusqu'en 2012.

Selon le médecin Inspecteur, la peur des effets secondaires du vaccin, l'occupation des femmes par leur travail, certaines religions contre la vaccination, la méfiance vis-à-vis des personnels médicaux,...constituent les freins à l'accès à la sensibilisation des femmes pour la vaccination. « Certaines exigent même à ce que ce soit le médecin chef du centre de santé qui leur administre le vaccin. D'autres demandent une contre-partie avant que l'on l'injecte le vaccin », poursuit la docteur. Hier, un bon nombre de jeunes femmes refusaient de se faire vacciner. Pour elles, il faut attendre le moment de la grossesse pour le faire.

Mieux vaut prévenir…

Comme en témoigne Annie Charline Rahajanirainy, une étudiante. « Je ne me suis jamais fait vacciner contre le tétanos. À ce que je sache, c'est que ceci doit se faire pendant la période de grossesse, alors je le ferai plus tard », pense-t-elle. D'après le médecin Inspecteur, l'infection peut arriver à tout moment et mieux vaut la prévenir. Mais si c'est après l'accouchement, le cas devient grave, voir fatal, et pour la mère et pour l'enfant. « Pour les femmes qui viennent d'accoucher, l'infection de l'utérus peut provoquer le tétanos. Pour les nouveaux-nés, celle du cordon ombilical. La propreté est une des conditions de prévention », a t-elle fait savoir.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !