Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Les hôpitaux manquent d'ambulance ; l’ambulance fait partie intégrante du fonctionnement d’un hôpital - 29/06/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'application des réformes hospitalières est attendue avec impatience, notamment par les malades. En effet, les ambulances font défaut. Les hôpitaux publics manquent cruellement d’ambulance. « L'hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) ne dispose que de deux ambulances. L'une travaille spécialement pour le service oncologie et l'autre pour les urgences », confie un responsable des services des transports au sein de l'HJRA.

Ainsi, si l’ambulance des urgences est occupée, celle de l'oncologie de l'HJRA prend la relève. Mais, à l'hôpital Joseph Raseta Befelatanana (HJRB), ce moyen de transport faisant partie intégrante d'un hôpital, n'existe pas. « L'HJRB en avait une, mais celle-ci est tombée en panne au début de cette année. Nous utilisons, ainsi, l’ambulance de la maternité de Befelatanana, en cas d'urgence », explique un responsable de communication au sein de l'HJRB. L’utilisation de ces ambulances est ainsi très limité. « Les deux ambulances des hôpitaux publics, l’HJRA et le Centre hospitalier de Soavinandriana de la capitale assurant les urgences, ne travaillent que pour le transfert de patients entre les hôpitaux et l'évacuation sanitaire », enchaîne le responsable du service des transports au sein de l'HJRA.

Se débrouiller

Les patients qui ont besoin d'une ambulance doivent ainsi se débrouiller par leurs propres moyens. « Nous sommes obligés de payer un taxi afin d'amener ma sœur aux urgences, car nous ne savons pas comment faire pour appeler une ambulance », se plaint Nivo Razanamanga, proche d'une patiente évacuée à l'HJRA. A mentionner que la commune urbaine d'Antananarivo (Cua) pourrait apporter son aide à une personne à la maison nécessitant une évacuation à l'hôpital par ambulance.

« La Cua n'assure pas, par contre, le transfert entre les hôpitaux. Les transferts s'effectuent alors entre les dispensaires de la Cua et les hôpitaux et la maison de l'hôpital », éclaircit Hajatiana Raharinandrasana, directeur de l’assistance sociale et de la santé publique de la Cua.

Le service des sapeurs-pompiers de Tsaralalana prend le relais au cas où une personne malade dans la rue a besoin d'une évacuation dans un hôpital. « Nous avons quatre ambulances pour les urgences dans la rue. Mais nous n'assumons pas l'évacuation entre la maison et l'hôpital ou le transfert entre les hôpitaux », relate le Lieutenant-colonel Augustin Rakotoniaina, chef de corps des sapeurs-pompiers de la Cua.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !