Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Denis Rasolofolala : « Un médecin généraliste ne doit pas effectuer le travail de spécialiste » - 06/12/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le premier vice-président du Conseil national de l'Ordre des médecins livre le point de vue de cette entité sur la pratique clandestine de certains médecins.

Quelle position le Conseil national des médecins adopte-t-il face à l'élargissement des activités « clandestines » de certains médecins généralistes effectuant de l'échographie ou de dentisterie ?

Deux points devront être clarifiés. L'extraction de dents fait partie de cursus suivi par les médecins à la Faculté de Médecine. Ainsi les médecins généralistes peuvent extraire des dents à condition qu'il n'existe aucun chirurgien-dentiste dans la localité. À Antananarivo, un médecin généraliste ne peut pas extraire une dent pour ne pas piétiner la plate-bande d'un spécialiste. Le rôle d'un généraliste est seulement de soulager la douleur du patient. Le travail du généraliste se limite alors seulement à l'extraction mais non pas sur le soin qui est un travail du spécialiste. Par contre, un médecin généraliste ne peut pas effectuer d'échographie qui nécessite une spécialisation.

Dans le cas contraire, quelle mesure l'Ordre prend-il ?

Tout médecin ne peut pas exercer la médecine sans être inscrit au sein de l'Ordre. Et avant cette inscription, il doit faire une déclaration sur sa spécialité. Nous effectuons des convocations de remise à l'ordre comme l’avertissement, le blâme ou la suspension en cas de défaillance du médecin. Le travail clandestin peut toujours exister mais nous ne pouvons pas agir sans être saisis.

Combien de médecins l'Ordre a t-il radié à cause de cette pratique illégale ?

Je ne pourrai pas m'aventurer à donner de chiffres. Mais la remise à l'ordre existe toujours. De plus, un médecin est régi par les codes civil et pénal, et surtout le code de déontologie.

Croyez-vous que les médecins respectent encore le code de déontologie face aux cris de détresse des patients sur l'agissement de certains médecins ?

Un médecin effectue un serment avec d'exercer son métier. En principe, il devrait respecter le code de déontologie. Mais nous ne pouvons pas obliger les médecins, notamment ceux qui exercent dans le secteur privé, de soigner gratuitement les patients. Dans les œuvres caritatives, il existe toujours, par exemple, un tiers payant pour faciliter les soins. Dans le secteur public, ce tiers existe aussi. Le médecin effectue ainsi une mission d'obligation de moyens. Sinon, le médecin ne peut pas soulager la douleur du patient.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !