Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Ruée pour dépister la cysticercose : les consultations gratuites ont drainé les foules - 17/12/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La cysticercose par le biais de consultation gratuite a attiré la foule, hier, à Analakely. Beaucoup de personnes devront revenir une prochaine fois pour le dépistage. «La situation nous dépasse face à la ruée des gens pour faire un dépistage de la cysticercose. Nous avons prévu de recevoir 200 personnes au maximum durant cette journée, mais durant la matinée seulement, nous avons reçu plus de 300 personnes.

Le dépistage pourrait alors continuer ultérieurement », a confié Julio Rakotonirina, directeur de l'Établissement universitaire de soins et de santé publique (EUSSPA), ex Institut d'hygiène social, hier, à Analakely durant la journée du dépistage de la cysticercose.
Différentes explications ont été avancées pour expliquer cette affluence des gens. « La consultation payante vaut 10 000 ariary et l'analyse en laboratoire coûte au moins 15 000 ariary. Toutes ces opérations sont gratuites aujourd'hui », explique Julio Rakotonirina.

Vrai défi

Mais la considération apportée par la cysticercose pourrait également peser sur cette longue file d'attente des gens pour être dépistées. « La cysticercose serait vraiment une maladie négligée dans les autres centres de santé. Pourtant cette maladie pourrait affecter beaucoup de personnes », explique Julio Rakotonirina. Mais la statistique avancée par Hortense Bertille Rajaonarison, chef de section Santé mentale de l'EUSSPA, ne reflète pas encore cette importance de la maladie. « Sur les vingtaines de patients consultés par jour, cinq d'entre eux présentent les signes de cysticercose comme les crises d’épilepsie et les céphalées », avance t-elle. La crainte face à la prolifération des viandes de porc illégales, principal porteur de taenia solium expliquerait aussi cette affluence.

« Les gens deviennent vigilants aujourd'hui car les abattoirs et les viandes non certifiés prolifèrent dans l'agglomération d'Antananarivo. Nous ne pouvons que certifier les viandes sorties des trois abattoirs légaux à savoir Ampasika, Ankadindratombo et Anosizato faute de personnels », analyse Andriamanana Rakotoarizafy, directeur Inter-régional de l'Elevage d'Antananarivo. Les idées reçues face à cette maladie terrorisent et amplifient alors cette affluence. « Certaines personnes pensent que la cysticercose est incurable. Une idée fausse. Le problème est que la maladie revient lorsque la personne est infectée par le Taenia. 15 jours suffisent pour la traiter suivi d'un contrôle six mois après », relate Hortense Bertille Rajaonarison.

Mais la lutte pour éradiquer la cysticercose constitue un défi car les viandes non certifiées sur les étals prolifèrent et l'hygiène comme le lavage des mains et des nourritures reste à désirer.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !