Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Rude bataille contre les épidémies - 31/01/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« La sensibilisation, l'augmentation de centres de soin et l'approvisionnement en médicaments sont actuellement les principales actions afin de lutter contre les principales épidémies qui sévissent à Madagascar. Ces épidémies sont la peste, la rage et l'intoxication alimentaire », a expliqué Johanita Ndahimananjara, ministre de la Santé publique, hier, après l'ouverture de la réunion du réseau surveillance épidémiologique et gestion des épidémies de la commission de l'océan Indien à l'hôtel Colbert Anta­ni­narenina.

Mais la lutte contre le principal vecteur de la peste, le rat, reste un défi. Les quel­ques dizaines de brigades anti-rats créées au sein du ministère de la Santé en partenariat avec l'Institut pasteur de Madagascar ne pourraient pas éliminer les rats.

Nouveau médicament

Et l'inexistence de dépôt d'ordures notamment dans les communes rurales handicapent ces actions préconisées par le ministère de la Santé.

Le nombre de centres anti­rabiques permettant la prise en charge d’un patient potentiellement exposé au virus de la rage, connaît également une diminution. « Il ne reste plus, depuis deux ans, qu'une trentaine de centres antirabiques dans la Grande île contre les 130 existants dans les chefs lieux de districts suite à la recommandation de l'OMS de remplacer l'antidote contre la rage. Ce nouveau médicament coûte cher. Il faut ainsi adop­ter un nouveau program­me », a confié Lamine Arthur Rakotonjanabelo, chargé de programme de lutte contre les maladies au sein de l'OMS. À l'entendre, les centres antirabiques ont été implantés dans les localités les plus menacées.

Ce sont les médecins qui vont ainsi se déplacer dans les autres localités en cas de suspicion de rage pour traiter les patients. « Il faut mettre en place un réseau pour renforcer cette lutte contre la rage », conseille Lamine Arthur Rakotonjanabelo.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !