Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

La lèpre, un fléau tombé dans l’oubli - 27/01/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'élimination de la lèpre dans la Grande Île s'avère difficile. Cette maladie silencieuse reste encore négligée. Le budget alloué par l'État pour atténuer, voire éliminer la lèpre reste insignifiant aujourd'hui. « En 2011, les bailleurs de fonds comme la fondation Raoul Follereau ou l'OMS ont octroyé un milliard 400 millions ariary pour l'achat de médicaments.

Le ministère de la Santé publique nous a alloué 30 millions d'ariary de budget de fonctionnement à la même année », a annoncé Randrianantoandro Andria­mira, chef de service de lutte contre la lèpre, hier, lors de la présentation du programme de la célébration de la journée mondiale des lépreux à Ambohidahy.

Impacts de la négligence

Les impacts de cette négligence de la lutte contre la lèpre sont nombreux. « Le nombre de personnes détectées et considérées positives de la lèpre était de 1 369 en 2011 contre 2 521 en 2010. Le nombre de personnes à détecter devrait être pourtant doublé », ajoute le chef de service de lutte contre la lèpre. Il faut un investissement assez conséquent pour inciter les gens à se faire détecter. « Auparavant, les agents du ministère de la Santé se déplaçaient dans les villages pour effectuer une détection des maladies de la peau. Dernièrement, ce projet a été suspendu. Il est pourtant essentiel d’approcher les gens qui souffrent de maladie de la peau, pour inciter les lépreux à se faire soigner. Car ceux-ci se considèrent parfois comme des victimes de malédiction et n'osent pas se montrer en public », explique Randria­nantoandro Andriamira. L'éradication de cette maladie, dans la Grande île, reste un grand défi. « La lèpre ne ressemble pas à d'autres maladies contagieuses. La tuberculose se manifeste après quelques jours tandis que la lèpre peut ne se manifester que trois à 15 ans après la contamination. Et durant ce laps de temps, elle pourrait affecter beaucoup de personnes », avertit le chef de service de lutte contre la lèpre.

Face à cette situation préoccupante, Johanita Ndahi­mananjara, ministre de la Santé publique, ne peut que rassurer l'opinion. « Le ministère travaille pour sensibiliser les gens à se faire détécter dans les centres de santé. Les médicaments sont encore disponibles. Nous avons un stock pour traiter 2 052 malades et des médicaments pour soigner 1 000 cas de complications », rassure la ministre de la Santé publique.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !