Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Gestation : les consultations prénatales pour prendre soin de sa grossesse - 06/04/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Quelle belle aventure que d’attendre un enfant et de le mettre au monde. Mais si la grossesse n’est pas une maladie, et si l’accouchement n’est pas un calvaire, certaines précautions doivent être prises. D’où l’intérêt des consultations prénatales.

Comme tous les lundis, la salle d’attente du Centre de santé de base d’Antanimena est bondée. La plupart des patients sont des femmes, et beaucoup sont enceintes. Noroharisoa Rakotonirina en est à son quatrième geste, mais elle est toujours là, fidèle à son rendez-vous avec la sage-femme. Ce n’est pas l’expérience acquise avec ses trois précédentes grossesses qui la fera négliger celle-ci. « J’aime cet enfant, je l’ai désiré et je ne vais pas négliger la grossesse, une période importante pour son développement », explique-t-elle. « Si je viens ici, c’est pour prendre soin de lui et pour surveiller son développement et son état de santé », ajoute-t-elle.

Au-delà de la surveillance de leur santé « physique » et de celle de leur enfant à venir, les femmes qui viennent en consultations prénatales attendent aussi d’être rassurées sur le bon déroulement de leur grossesse. « Les femmes qui ne viennent pas en consultation prénatale sont souvent anxieuses et ne sont pas sûres d’elles. Elles ne savent jamais ce qui peut arriver avec leur grossesse, et elles ne connaissent même pas la date probable de leur accouchement », constate Fanjaniaina Menjanahary, une femme qui attend la venue de son bébé dont la naissance est prévue dans deux mois. « Les consultations prénatales nous permettent de nous préparer à l’accouchement et de nous former à certaines pratiques de base », lance-t-elle, encore.

Appel aux aides

Mais les consultations prénatales ne sont pas gratuites. Et quand il faut au moins effectuer quatre visites avant l’accouchement, sans parler des tests et des échographies diverses, les bonnes volontés s’effritent. « Les femmes enceintes doivent faire l’objet d’une attention particulière de la part de l’État », indique Noroharisoa Rakotonirina. « Se faire dispenser des soins dans les hôpitaux ou les cliniques respectant les normes n’est pas à la portée de toutes », remarque-t-elle.

Le recours aux matrones dont les services sont souvent moins chers pourrait être une solution, mais les femmes connaissent le risque que cela représente. « La mortalité maternelle est plus élevée parmi les femmes qui vont voir les matrones que parmi celles qui viennent dans les centres de santé », indique de son côté Fanjaniaina Menjanahary. Elle, en tout cas, n’ira pas voir l’accoucheuse traditionnelle. Dans deux mois, elle accouchera, dans une maternité publique, certes, mais confiante sur la santé de son bébé.

Volana Rakotoharimanana

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !