Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Maladie : se méfier d’une toux chronique - 08/06/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La clé de la réussite en traitement tuberculeux est l'accueil du malade. La guérison de Hanitriniaina Rafaranirina est sur la bonne voie. Cette mère de trois enfants que nous croisons au Centre de traitement de la tuberculose de la commune rurale de Sabotsy Anjiro, située à 75 km de la capitale de Madagascar, sur la route nationale 2, dans le district de Moramanga, région Alaotra Mangoro en est maintenant à son septième mois de traitement. Elle ne croyait pourtant s’en sortir.

« Mon état a été assez grave au début de ma maladie, en mois d’octobre de l’année dernière. Il fut un moment où je n’arrivais plus à me tenir debout et j’ai dû être hospitalisée à Moramanga », nous raconte-t-elle. « Mais dès que j’ai commencé mon traitement, mon état de santé s’est amélioré de jour en jour et maintenant je suis en très bonne phase de guérison », poursuit-elle encore.

Son médecin n’a pas tardé à découvrir de quoi la mère de famille souffrait. « Les symptômes, entre autres, la toux chronique de plus de trois semaines, l’état amaigri observé chez la patiente et son manque d’appétit m’ont orienté à diagnostiquer la tuberculose », explique le Dr Harimanana Andrianina Nohary, médecin chef du Centre. L’analyse du crachat a ensuite confirmé la présence d’une tuberculose pulmonaire à microscopie positive (Tpm+). Le traitement a tout de suite commencé et sera bientôt fini. Hanitriniaina sera incessamment complètement guérie.

Au départ, la bactérie vient se loger dans le poumon, déclenchant une primo-infection qui n’est, la plupart du temps, pas détectable par le patient. Dans 90 % des cas, cette infection disparaitra d’ailleurs d’elle-même.

Mais lorsque la tuberculose se développe, elle peut prendre plusieurs formes, selon que le bacille s’est disséminé uniquement dans le poumon ou ailleurs, par voie sanguine. La forme la plus commune est la tuberculose pulmonaire mais elle peut aussi être extra pulmonaire et affecter d’autres organes, tels que les méninges, les articulations ou les organes génitaux.

Monica Rasoloarison

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !