Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Le traitement de l’ulcère standardisé : le professeur Hyacinthe Rajaona veut croire au consensus pour soigner l'ulcère - 18/06/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le professeur Hyacinthe Rajaona veut croire au consensus pour soigner l'ulcère. Le temps où chacun a sa méthode pour traiter la maladie d’estomac est révolu. Les gastro-entérologues viennent de mettre sur pied une norme à la malgache. Le traitement médical de l’ulcère dure désormais deux mois et coûtera 20 000 ariary. C’est le consensus trouvé par une quarantaine de spécialistes en gastro-entérologie, durant deux jours, à l’Académie Nationale malgache à Tsimbazaza.

Le principal symptôme retenu pour caractériser cette maladie devenue infectieuse, dont la bactérie affecte plus de 80% des Malgaches, se base sur la répétition de la douleur au niveau de l’estomac. Lorsque le patient a faim, la douleur touche cette partie. Cette douleur se dissipe quand il est rassasié. Mais elle reprend quelque temps après. « L’idéal serait d’utiliser la fibroscopie pour effectuer le dépistage mais comme nous n’avons que trois ou quatre appareils de fibroscopie à Madagascar, on devrait adapter le diagnostic à la réalité
locale », explique le professeur Hyacinthe Rajaona, gastro-entérologue, samedi, lors de la clôture de ce deuxième congrès national des gastro-entérologues.

Il n’y a pas que la consultation qui soit adaptée à la réalité locale. « L’antibiotique utilisé dans les pays développés, soigne l’ulcère en une ou deux semaines. Ce médicament coûte au moins 200 000 ariary. Mais comme toutes les classes sociales ne disposent pas de cette somme, nous avons opté pour les médicaments génériques moins chers, mais efficaces. Nous avons donc choisi l’utilisation d’antibiotiques et un médicament à 20 000 ariary, pour soigner la douleur du patient en deux mois », ajoute le professeur Hyacinthe Rajaona.

Génériques

Mais toutes les maladies de l’appareil digestif ne bénéficient pas de cette formule. Pour le cas du cancer de l’intestin, le manque de matériel dans les hôpitaux pénalise les patients. « Il n’y a que quelques hôpitaux qui peuvent faire la chimiothérapie et notre matériel de radiothérapie ne fonctionne pas encore. Le consensus souhaiterait que le médecin généraliste ne s’attarde pas à traiter son patient chez lui. Ce dernier doit subir une opération et une chimiothérapie. La part du médecin généraliste et du spécialiste, nécessite ainsi une organisation », a conclu le gastro-entérologue, en remettant le « consensus » à l’ordre du médecin pour sa vulgarisation.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !